Grève nationale dans les collectivités locales | www.le360.ma

ع
El-Miloudi Moukharik SG UMT
© Copyright : Brahim Taougar Le360

Grève nationale dans les collectivités locales

Par Khalid Mesfioui le 25/09/2017 à 21h12

Kiosque360. La période de grâce accordée par les syndicats au gouvernement de Saâd-Eddine El Othmani semble avoir pris fin. L'Union marocaine du travail (UMT) hausse le ton.

aA

La Fédération nationale des fonctionnaires et employés des collectivités locales, relevant de l'Union marocaine du travail (UMT), organise, les 4 et 5 octobre, une grève nationale. "La Fédération dénonce l'absence de dialogue et la fin de non-recevoir opposée au cahier revendicatif des fonctionnaires et employés des collectivités locales", indique Al Ahdath Al Maghribia dans son édition de ce mardi 26 septembre.

 

La Fédération insiste sur le rétablissement du dialogue entre le syndicat et le ministère de l’Intérieur. "Le dialogue, regrette-t-elle en effet, a été rompu depuis 2012."

 

En tête des revendications, le quotidien arabophone cite la liberté pour les fonctionnaires et employés des collectivités locales d'exercer leurs activités syndicales. "D'autant que de nombreux responsables syndicaux, affiliés à l'UMT, subissent, dans différentes régions du royaume, des pressions de la part de leurs responsables directs, à cause de leurs responsabilités syndicales. Des fonctionnaires syndicalisés ont même été victimes de licenciements abusifs et de mutations surprises", ajoutent Al Ahdath Al Maghribia.

 

La Fédération nationale des fonctionnaires et employés des collectivités locales appelle également le gouvernement à tenir les engagements pris lors du dialogue social du 26 avril 2011. Elle exige aussi la suppression de l’échelle 7 et la promotion de l’échelle 6 à l’échelle 8 au profit des agents administratifs et des techniciens.

 

Ce débrayage pourrait marquer le début d'une série d'initiatives qui ne manqueront pas de mettre au défi le gouvernement El Othmani et de paralyser les services publics. Un prélude à une épreuve de force entre l'UMT et l'Exécutif.
 

Vos réactions