Grève nationale des prothésistes dentaires | www.le360.ma

ع
dentistes
© Copyright : DR

Grève nationale des prothésistes dentaires

Par Zineb El Ouilani le 12/09/2017 à 20h00 (mise à jour le 12/09/2017 à 21h41)

Kiosque360. Les prothésistes dentaires sont en colère et s'estiment injustement stigmatisés par les critiques dont ils ont été la cible de la part des dentistes. Pour protester, ils menacent d'une grève nationale ouverte. Les détails.

aA

Les prothésistes dentaires voient rouge après les accusations dont ils ont été la cible suite au décès, à Oued Laou, d'un enfant de 12 ans, après l'extraction d'une dent.

 

Al Ahdath affirme, dans son édition de ce mercredi 13 septembre, que l'Association nationale des prothésistes dentaires a été ulcérée de voir ses membres taxés d'"instrus", notamment par le Conseil des médecins dentistes.

 

Les prothésistes, pour répondre à ce qu'ils considèrent comme étant une campagne médiatique de dénigrement, ont décidé d'entamer une grève nationale ouverte et de refuser le moindre service à leurs clients, qui se comptent par milliers.

 

Dans une déclaration à Al Ahdath, Ahmed Ibrahimi, président de l'Association nationale des prothésistes dentaires, impute la responsabilité des dysfonctionnements que connaît le secteur au ministère de l'Intérieur, qui laisse pourrir la situation depuis des décennies.

 

Ahmed Ibrahimi, dont l'association représente quelque 15.000 prothésistes dentaires, affirme que les professionnels de ce corps de métier exercent depuis des décennies avec l'aval des autorités, bien avant la première promotion de la faculté de médecine dentaire au Maroc, en 1987.

 

En effet, selon les explications du président de l'Association des prothésistes dentaires, cette dernière dispose de représentations sur tout le territoire national et avait demandé, dès 1978, à ce que soit réglementé son secteur d'activité au moment où Rahhal Rahhali était ministre de la Santé.

 

Depuis, selon la même source, les gouvernements successifs ont tous ignoré cette catégorie de professionnels quand il a été question de légiférer pour le secteur.

 

Aujourd'hui, ces professionnels appellent les autorités à intervenir pour sauver ce domaine d'activité qui nourrit des milliers de familles et pour le mettre à l'abri des charlatans qui en ternissent l'image.      

Vos réactions