Hôpital Harrouchi: installation de 40 caméras de surveillance, suite à l'enlèvement d'un bébé | www.le360.ma

ع
Bébé
© Copyright : DR

Hôpital Harrouchi: installation de 40 caméras de surveillance, suite à l'enlèvement d'un bébé

Par Mohamed Younsi le 03/10/2016 à 21h00

Kiosque360. L’affaire de l'enlèvement d’un bébé, dans l’enceinte de l’hôpital Abderrahim Harrouchi des enfants de Casablanca, aura servi de leçon à l’administration. Celle-ci vient d’installer quarante caméras de surveillance à la maternité pour un contrôle efficient. Et ce n’est pas tout!

aA

Les mesures ont été prises! Il n'est pas question qu'un nouvel enlèvement de bébé ait lieu à l’hôpital Abderrahim Harrouchi des enfants de Casablanca.

En effet, la direction de l’hôpital a installé quarante caméras de surveillance dans les couloirs, ainsi que dans les entrées et sorties de l’établissement. Seuls les blocs opératoires et les chambres des malades ont été épargnés.

La caméra, auparavant installée sur le portail principal de l’hôpital, a d'ailleurs été remplacée par une autre très sophistiquée, permettant l’enregistrement fidèle de tout ce qui se passe dans les parages.

 

Selon le quotidien Akhbar Al Yaoum, qui rapporte l’information dans son édition de ce mardi 4 octobre, les mesures prises concernent également la fermeture des accès entre l’hôpital Harrouchi et le Centre hospitalier Ibn Rochd (CHU) de Casablanca.

De même, l’administration compte recruter d’autres agents de sécurité en vue de renforcer son effectif. Dans ce cadre, vingt-deux agents de sécurité seront recrutés et affectés auxdifférents  accès de l’établissement

De plus, désormais, toute personne ne portant pas un badge sera interdite d'accès à l’hôpital. Les employés, les médecins et les stagiaires seront tenus d’exhiber leur badge sur leur tenue du travail pour pouvoir entrer. Le même contrôle touchera également les visiteurs qui devront désormais décliner leur identité et le lien de parenté qui les lie aux patients.

 

Dans le même sillage, des formations seront dispensées aux infirmières en matière de contrôle, de sensibilisation et de protection des enfants, ajoute le quotidien qui cite des sources de la direction de l’hôpital Abderrahim Harrouchi. Comme quoi, à quelque chose malheur est bon!