Le scandale de la farine périmée subventionnée | www.le360.ma

ع
Lahcen Daoudi

Lahcen Daoudi, ministre délégué chargé des Affaires générales et de la gouvernance.

© Copyright : Dr

Le scandale de la farine périmée subventionnée

Par Qods Chabaa le 13/12/2017 à 00h00 (mise à jour le 13/12/2017 à 00h06)

Kiosque360. La découverte de farine infestée de vers, en vente dans les marchés marocains, fait scandale. Dans une question orale, un député du groupe PJD a demandé à Lahcen Daoudi, ministre délégué chargé des Affaires générales et de la gouvernance, de réagir vite.

aA

Des sacs de farine infestée de vers circulent dans les marchés marocains, rapporte le quotidien arabophone Assabah dans son édition du mercredi 13 décembre. Ce scandale a été évoqué par Hicham Mehjari, membre du groupe parlementaire PJD, lors d’une séance de questions orales au Parlement, lundi 11 décembre.

 

Lahcen Daoudi, ministre délégué auprès du premier ministre chargé des Affaires générales et de la gouvernance, a donc été interpellé lors de cette séance où tout le dossier de la farine subventionnée par l’Etat à travers la Caisse de compensation a été remis en question.

 

Le ministre a répondu qu'il avait été informé par Mustapha El Khalfi, porte-parole du gouvernement, de la circulation de farine périmée dans les souks de son fief natal, à Sidi Bennour. Lahcen Daoudi a souligné qu'il prendrait les mesures nécessaires et diligenterait une enquête dans plusieurs communes rurales où sont vendus ces sacs de farine. Il s'est dit prêt à fermer les minoteries impliquées dans ce scandale.

 

De son côté, le journal arabophone Al Akbar rappelle, dans son édition du même jour, qu’Abdallah Bouanou, autre parlementaire du groupe PJD, a également interpellé Lahcen Daoudi et proposé de supprimer la subvention destinée à la farine pour privilégier l’octroi d’aides directes aux populations démunies.

 

Chaque année, 35 à 40 millions de quintaux de blé sont produits dans les minoteries du Maroc. 8 millions de quintaux sont subventionnés pat l’Etat à travers la Caisse de compensation et destinés aux régions enclavées.