Médicaments cancérigènes: la mise en garde du ministère de la Santé | www.le360.ma

ع
pharmacie
© Copyright : DR

Médicaments cancérigènes: la mise en garde du ministère de la Santé

Par Amyne Asmlal le 08/07/2018 à 22h52

Kiosque360. Par précaution, le ministère de la Santé a décidé de retirer de la vente tous les médicaments concernés. Par ailleurs, une investigation pour défaut de qualité est en cours au niveau de l’UE.

aA

Le ministère de la Santé vient de mettre en garde contre l’utilisation de certains médicaments cancérigènes en vente en pharmacie. Il s’agit de médicaments à base de «valsartan», prescrits pour le traitement de l’hypertension et des problèmes cardiaques, rapporte le quotidien Al Massae dans son numéro du lundi 9 juillet.

 

Le Maroc n’est pas le seul pays concerné, affirme le journal qui précise que cette alerte concerne plusieurs pays au niveau mondial, suite à la détection d’une matière cancérigène dans la substance active «valsartan» fabriquée, en Chine, par Zhejing Huahai Pharmaceutical Co. Cet élément cancérigène, précise Al Massae en citant le ministère de la Santé, ne se trouvait pas, d’habitude, dans le «valsatran». Sa présence serait liée à des changements dans la façon dont cette substance active est fabriquée. 

 

Toujours est-il que, par précaution, la direction du médicament et de la pharmacie du ministère de la Santé a ordonné le retrait de tous les lots de médicaments concernés, affirme le quotidien. Il s’agit notamment du Valsatran WIN 80mg et 160mg, Co-Valsatran WIN 12,5mg, 25mg, 80mg et 160mg, et de l'Atensil 40mg, 80mg et 160mg. En principe, ces médicaments ne sont plus en vente dans les pharmacies.

 

Les médicaments à base de «valsartan» sont utilisés, rappelle le journal, pour traiter les patients souffrant d'hypertension artérielle, afin de réduire les risques cardiaques et vasculaires cérébraux. Ils sont également utilisés chez les patients souffrant d'une insuffisance cardiaque ou ayant eu une crise cardiaque récente.

 

Par ailleurs, en France, l’Agence nationale de la sécurité des médicaments (ANSM) a initié une enquête. Une investigation pour défaut de qualité est également en cours au niveau européen. Les Etats membres de l’UE ont de même décidé collectivement et de manière concertée un rappel des lots des médicaments concernés, sur l’ensemble du territoire européen.