Moins chers et efficaces: des médicaments génériques made in Morocco bientôt sur le marché | www.le360.ma

ع
Médicaments génériques
© Copyright : DR

Moins chers et efficaces: des médicaments génériques made in Morocco bientôt sur le marché

Par Le360 (avec MAP) le 19/10/2017 à 15h48 (mise à jour le 19/10/2017 à 17h00)

La Maroc va commercialiser des médicaments génériques fabriqués localement dans les prochaines semaines, informe le ministère de la Santé.

aA

Le ministère de la Santé a annoncé avoir autorisé la commercialisation d'une série de médicaments génériques fabriqués au Maroc et utilisés dans le traitement de l’épilepsie, du cancer de la prostate, de la septicémie, de la diarrhée et des maladies cardio-vasculaires. Ils seront disponibles d'ici quelques semaines.

 

Le ministère inscrit cette démarche dans le cadre de la mise en œuvre de la politique nationale des médicaments et des produits pharmaceutiques visant à fournir des médicaments de haute qualité, efficaces et à des prix abordables, à encourager l'utilisation des médicaments génériques, à faciliter l'accès des citoyens, notamment les démunis, aux médicaments innovants de façon régulière. Il continue à encourager l'industrie pharmaceutique locale vu sa forte contribution au développement économique national.

Hakima Himmich: «Je ne me soigne qu’avec des médicaments génériques»

 

Le ministère rappelle, par ailleurs, qu'il a autorisé en juin dernier la commercialisation d'un médicament générique antirétroviral composé du "Ténofovir", actif contre le virus de l'hépatite B (VHB), au profit d'un laboratoire marocain d'industrie pharmaceutique.

 

Ce nouveau médicament, premier générique fabriqué par un laboratoire marocain, est disponible dans tout le royaume à 289 dirhams la boîte, alors qu'il est commercialisé à l'étranger à 3.000 dirhams, note-t-on de même source.

 

Grâce à la commercialisation de ces médicaments de la nouvelle génération, le Maroc consolide son arsenal thérapeutique nécessaire à la prise en charge des patients souffrant du virus hépatique de type "B", ce qui renforce les ambitions et les aspirations du ministère de la Santé à mettre fin à cette maladie à l'horizon 2030, souligne le communiqué.