Protection des données personnelles: plus de la moitié des sites marocains sont en infraction | www.le360.ma

ع
protection données personnelles
© Copyright : DR

Protection des données personnelles: plus de la moitié des sites marocains sont en infraction

Par Fayza Senhaji le 26/10/2017 à 21h25

Kiosque360. Une récente enquête menée par la CNDP dans le cadre d’un projet international a démontré que plus de la moitié des sites marocains ne protège pas suffisamment les données personnelles des utilisateurs.

aA

Plus de la moitié des sites internet marocains n’alerte pas leurs visiteurs sur l’utilisation de leurs données personnelles. C’est ce qu’a révélé une récente enquête menée par la Commission nationale pour la protection des données personnelles (CNDP).

 

Les résultats de celle-ci sont rapportés par Al Ahdath Al Maghribia dans son édition du vendredi 27 octobre. Le quotidien précise que l’enquête a concerné un échantillon d’une trentaine de sites internet marocains cette année. Sites opérant dans des domaines aussi variés que l’éducation, la vente à distance, la santé, les voyages ou les jeux en ligne.

 

Il s’est avéré que seuls 37% de ces sites informent l’utilisateur des conditions de respect des données confidentielles et de la réglementation en vigueur régissant ce volet.


La même enquête a révélé que seuls 27% des sites marocains avisent leurs visiteurs de l’usage qu’ils font des données collectées et qu'uniquement 33% d'entre eux permettent aux utilisateurs d’accéder à leurs données enregistrées, et éventuellement de les supprimer.


Al Ahdath Al Maghrib souligne qu’une vaste mission de contrôle a été enclenchée par la CNDP, et ce dans le cadre d’un projet de coopération internationale issu de l’Internet Sweep Days auquel a participé la commission. Le journal ajoute que 23 autorités de contrôle de l’utilisation des données personnelles ont pris part à cette campagne.

 

Des enquêtes similaires à celle menée au Maroc ont eu lieu en France, en Grande-Bretagne et au Canada, dans le cadre de ce projet. Globalement, on constate que dans l'ensemble des pays analysés, les protocoles de protection des données personnelles ne sont pas toujours suffisamment clairs.