Sextorsion: après Oued Zem, une bande tombe à M'diq | www.le360.ma

ع
sextorsion
© Copyright : DR

Sextorsion: après Oued Zem, une bande tombe à M'diq

Par Imane Azmi le 19/07/2017 à 13h03

Un réseau, présumé auteur de "sextorsion", vient d'être démantelé dans la petite ville méditerranéenne de M'diq. L'un des membres de cette bande est originaire de la ville de Oued Zem, réputée pour être une plateforme de ces crimes de chantage à travers la Toile.

aA

C'est connu: la ville de Oued Zem représente désormais la capitale de la sextorsion au Maroc. De nombreuses affaires de chantage via internet y ont été révélées. Des jeunes issus de la ville maîtrisent cet "art" et ils exportent leur savoir-faire vers d’autres villes du pays.

 

Rapport britannique: Oued Zem, "capitale mondiale des sextorsions"

 

Cette fois-ci, c’est la petite station balnéaire de M’diq qui fait l’actualité. Lundi 17 juillet, un réseau constitué de 5 personnes a été démantelé. Quatre des cinq individus proviennent de la ville de Oued Zem. Le cinquième est originaire de Fnideq.

 

La police britannique piste des gangs de sextorsion au Maroc

 

Agés de 21 à 29 ans, ils opéraient dans le chantage et menaçaient leurs victimes de propager des vidéos et images privées sur Internet à travers les réseaux sociaux.

 

L’opération a été déclenchée suite à l’arrestation par les éléments de la police de Martil, près de Tétouan, d’un membre de cette cellule. Et il se trouve qu’il faisait l’objet d’une enquête de la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ), pour des infractions liées à l’internet.

 

"The Sun" enquête sur la sextorsion à Oued Zem

 

C’est ainsi que le reste de la bande a été appréhendé. La perquisition au domicile que les présumés coupables de sextorsion occupaient habituellement au quartier El Oued à M’dieq, a permis la saisie de trois ordinateurs portables de différentes marques, utilisés dans ces opérations de chantage.

 

Sur instruction du parquet général de Tétouan, les cinq prévenus sont actuellement en détention préventive.

Vos réactions