Un responsable à l'ambassade du Maroc à Rome rançonne les Marocains de Malte | www.le360.ma

ع
corruption
© Copyright : DR

Un responsable à l'ambassade du Maroc à Rome rançonne les Marocains de Malte

Par Zineb El Ouilani le 11/07/2018 à 23h11

Kiosque360. Des Marocains résidant à Malte se plaignent des agissements d'un responsable sécuritaire à l'ambassade du royaume à Rome et d'une actrice associative qui les rançonneraient pour le moindre document administratif.

aA

Le Maroc ne dispose d'ambassade à Malte et nos concitoyens vivant dans ce petit pays sont obligés de s'adresser à l'ambassade de Rome pour les procédures administratives. Mais un responsable sécuritaire à l'ambassade de Rome leur ferait vivre un véritable calvaire, avec la complicité d'une actrice associative, installée à Malte, qui lui servirait d'intermédiaire, affirme Assabah qui, dans son édition de ce jeudi 12 juillet, cite le contenu de la plainte de plusieurs Marocains, résidents réguliers comme en situation irrégulière, installés à Malte.

 

Selon le journal, l'actrice associative, qui préside une ONG prétendant travaillant sur des projets de développement au Maroc, leur imposerait des frais excessifs pour les démarches administratives, avec la complicité du responsable sécuritaire travaillant à l'ambassade du Maroc à Rome. Elle demande notamment, rapporte Assabah, 80 euros de droits de timbre pour le renouvellement du passeport, alors que ces droits de timbre sont fixés à 50 euros seulement.

Pour n'importe quelle autre démarche administrative, les Marocains de Malte se voient imposer le paiement de 50 euros. En cas de refus, ajoute la publication, ils se voient mettre des bâtons dans les roues, surtout pour ceux qui cherchent à régulariser leur situation.

 

Et ce ne serait pas tout, à en croire la plainte citée en référence par Assabah.

L'actrice associative bénéficierait, en effet, de deniers publics maltais pour aider les personnes en situation irrégulière et financer des petits projets au Maroc. Une fois empochés les subsides publics de ce pays, ladite actrice associative se rend au Maroc pour lancer quelques projets insignifiants, histoire de justifier les subventions accordées.

Assabah affirme d'ailleurs que le montant annuel de ces subventions atteint 12.000 euros, sauf que les projets lancés au Maroc ne dépassent jamais le seuil d'un millier d'euros.