Vidéo. Enseignants agressés: les explications du sociologue Mohssine Benzakour | www.le360.ma

ع
Mohssine Benzakour
© Copyright : Le360

Vidéo. Enseignants agressés: les explications du sociologue Mohssine Benzakour

Par Rania Lâabid et Said Bouchrit le 13/11/2017 à 13h59 (mise à jour le 13/11/2017 à 17h41)

Une vague d'agressions contre les enseignants a récemment secoué le milieu scolaire. Mohssine Benzakour, sociologue marocain, nous explique ce phénomène.

aA

Ces derniers jours, les agressions contre le corps enseignant se multiplient et se ressemblent. En quelques jours seulement, cinq cas ont été relevés dans différentes villes du royaume. Il y a d'abord eu l'agression filmée d'un professeur à Ouarzazate, le 5 novembre, par un élève âgé de 17 ans qui l'a violemment battu en plein cours. Le jeune homme a finalement été placé en détention pour "atteinte à un fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions et violence physique à son encontre".


Mardi dernier, trois autres agressions à l'encontre d'enseignants ont été médiatisées. À Sidi Bennour, la brigade de la police judiciaire a arrêté un élève de 20 ans pour son implication présumée dans une affaire de coups et blessures à l’arme blanche sur le directeur d’un établissement scolaire.


Mardi toujours, les éléments de la police judiciaire du 3e district de Rabat ont ouvert une enquête judiciaire à l'encontre d'un élève du lycée Ibn Battouta, soupçonné d'agression physique à l'encontre d'un enseignant du même établissement.



À Mehdia, un élève du lycée Al Kasbah a violenté son enseignant après avoir été incapable de justifier son absence des cours. 

 

Comment expliquer cette recrudescence d'agressions à l'encontre du corps enseignant? "Avant, l'enseignant était plus que respecté, il était vénéré. Aujourd'hui, la donne a changé. Dès que l'on a commencé à parler des droits de l'enfant au Maroc et des alternatives au châtiment corporel, le rapport élève/professeur a commencé à changer. Avant, le seul moyen qu'avait l'enseignant pour se faire respecter était la violence. On lui a enlevé ce pouvoir sans lui apprendre à s'imposer sans la violence, il n'y a pas eu de formation des enseignants à une pédagogie de la non-violence", explique le  sociologue Mohssine Benzakour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce phénomène peut également s'expliquer par des facteurs sociologiques et économiques. "Ces dernières années, les activités parascolaires et artistiques ont disparu des écoles. L'administration de l'école ne fait plus son travail. Ajouté à cela la recrudescence de la drogue dans les écoles...En somme, tous les ingrédients sont là pour fabriquer un enfant violent", ajoute-t-il.

 

Le rôle des parents et de l'entourage n'est pas à négliger non plus. D'après le sociologue, lorsque l'enfant grandit dans un environnement empreint de violence, il ne peut que reproduire ce schéma une fois adulte. Enfin, Mohssine Benzakour craint que cette série d'agressions à l'encontre d'enseignants soit rapidement classée après sanction des élèves, sans qu'on assiste à un véritable débat sur le sujet ou à une remise en cause du système éducatif dans son ensemble. 

 

Vos réactions