Voici comment un commando du BCIJ a arrêté les égorgeurs des deux touristes scandinaves | www.le360.ma

ع
Les trois suspects arrêtés ce jeudi. De gauche à droite: Abdessamad Joude, Younès Ouaziyad et Rachid El Afati.

Les trois suspects au moment de leur arrestation ce jeudi. De gauche à droite: Abdessamad Joude, Younès Ouaziyad et Rachid El Afati.

© Copyright : DR

Voici comment un commando du BCIJ a arrêté les égorgeurs des deux touristes scandinaves

Par Mohamed Deychillaoui le 20/12/2018 à 23h55 (mise à jour le 21/12/2018 à 12h28)

Kiosque360. Selon le patron de la lutte antiterroriste au Maroc, Abdelhak Khiam, c’est suite à une «opération d’envergure et combinée entre les différents services de sécurité» que les meurtriers des touristes scandinaves ont été arrêtés. Une opération sur laquelle reviennent les médias. Round-up.

aA

C’est jeudi 20 décembre, aux premières heures de la matinée, qu’a pris fin la cavale des présumés tueurs des touristes scandinaves dans la nuit de dimanche à lundi derniers aux environs d’Imlil, près de Marrakech. Les médias arabophones de vendredi 21 décembre reviennent avec moult détails sur cette opération, pour la réussite de laquelle les différents services de sécurité (DGST, DGSN, BCIJ, gendarmerie royale…) n’ont lésiné sur aucun moyen.

 

A commencer par le quadrillage systématique de la ville de Marrakech et environs pour empêcher toute fuite des terroristes recherchés et déjà clairement identifiés. Selon le quotidien Al Akhbar, la gare routière de Marrakech, entre autres lieux de la ville, placés sous haute surveillance, a été truffée de caméras depuis lundi dernier pour visionner en continu tous les voyageurs qui y accèdent et sortent. Et c’est justement dans cette gare routière, comme le titre Al Akhbar, que «les hommes de Hammouchi ont cueilli les trois égorgeurs des touristes scandinaves».

 

Les trois présumés terroristes, arrêtés jeudi matin, qui ont beau changer leur look et raser les barbes après la diffusion de leur photos mercredi soir, ont été arrêtés dans un autocar au moment où ils tentaient de quitter Marrakech vers Agadir.

 

Selon Akhbar Al Yaoum, qui titre «Barbarie» en lettres rouge-sang, c’est un vendeur ambulant de biscuits qui aurait donné le signalement de l’un des hommes recherchés à la police très tôt ce jeudi matin, avant qu’une femme dans l’autocar, en provenance d’Azilal et Beni Mellal, informe  discrètement le chauffeur qu’un passager venait d’embarquer avec une grosse arme blanche sous le manteau. Mais la messe était déjà dite, puisque l’autocar s’est ébranlé immédiatement, avant qu’un commando du BCIJ ne l’investisse quelques mètres plus loin, juste à la sortie de la gare routière, pour en extirper les trois présumés terroristes.

 

Pour sa part, le quotidien Assabah, affirme qu’il ne fait plus aucun doute que ce crime abominable relève bel bien du terrorisme, comme d’aucuns l’ont d’ailleurs prédit dès la découverte macabre des corps démembrés et décapités. Aussi les quatre terroristes arrêtés seraient depuis longtemps en embuscade, à la recherche de touristes isolés, avant de passer à l’acte dès la première occasion. Ce fut malheureusement, celle qui leur fut donnée parles  deux jeunes touristes scandinavesqui bivouaquaient seules, en pleine nuit et en pleine montagne.

 

De son côté, Al Ahdath Al Maghribia estime que la rapide arrestation des criminels s’explique par les moyens importants mis en place par les différents services de sécurité, qui ont ratissé toute la zone où s’est déroulé le crime terroriste à l’aide d’hélicoptères et chiens policiers, tout en installant des check-points dans tout le pourtour de la ville de Marrakech et sur ses principales artères.

 

Ce que confirme d’ailleurs Abdelhak Khiam, directeur du BCIJ, qui a déclaré à Al Massae que c’est «grâce à une opération d’envergure menée conjointement par les différents services de sécurité que les criminels ont été arrêtés». Il se refusera d’en dire davantage, puisque l’enquête suit son cours, mais promet que «l’opinion publique sera informée» sur qui s’est réellement passé dès la fin de cette enquête.