Filinfo

Athlétisme

Ben Zahra, un autre athlète marocain dans le viseur du Bahreïn

© Copyright : DR
Kiosque360. Les responsables de l’athlétisme bahreïni sévissent à nouveau au Maroc. Cette fois leur cible de choix est Abdelkrim Ben Zahra. Un très grand espoir de l’athlétisme marocain qui réalise déjà des chronos impressionnants sur le 3000 m steeple.
A
A

A en croire Assabah du 12 juillet, le grand espoir de l’athlétisme marocain, Abdelkrim Ben Zahra, natif de 1998, fait l’objet des convoitises de la part de la fédération bahreïnie d’athlétisme qui a eu recours aux services des agents pour débaucher l’athlète de l’équipe nationale marocaine des jeunes et le naturaliser moyennant des offres financières alléchantes.

Selon Assabah, plusieurs intermédiaires travaillent d’arrache-pied pour attirer Ben Zahra, qui a battu deux fois en une année son propre record et réalisé un chrono de 8:21:08 au meeting de Reisling en Allemagne, sur la distance du 3000 m steeple.

Le quotidien rappelle que le jeune athlète de 20 ans a réalisé un chrono sur la distance du 3000 m bien meilleur que celui décroché par le vice-champion du monde, Soufiane El Bakkali, quand il participait dans la catégorie des jeunes. Une performance qui donne à penser que Ben Zahra a la graine d'un champion, ce qui a attiré l'intérêt des responsables du Bahreïn, qui se disent désormais prêts à tout offrir pour le naturaliser.

Pour atteindre cet objectif, les intermédiaires travaillant pour le compte des Bahreinis tentent de convaincre l’athlète de ne pas participer aux prochains meetings d’athlétisme sous les couleurs du Maroc, le temps que l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF) modifie les dispositions de la législation relative au changement de nationalité des athlètes.

Malgré le durcissement des lois de naturalisation des athlètes, les pays européens et les fédérations des pays du Golfe exploitent plusieurs failles juridiques pour attirer les athlètes du Maroc, Éthiopie, Kenya et Érythrée. Des nations connues pour leurs gisements de jeunes talents, surtout sur le demi-fond.

Pour éviter le pillage des ressources humaines sportives de ces pays, l’IAAF prévoit une condamnation en vertu de laquelle la carrière de l’athlète est gélée pour trois ans, au lieu de deux dans les anciens textes, au cas où il change de nationalité.

Par Fayçal Ismaili
A
A

Tags /


à lire aussi /

Athlétisme JO 2020 Tokyo
Athlétisme JO 2020 Tokyo

80 MDH pour préparer les JO de Tokyo

Athlétisme Essadik Mikho
Athlétisme Essadik Mikho

Athlétisme: Essadik Mikho justifie son port du maillot bahreïni

Athlétisme Ibrahim Akchab
Athlétisme Ibrahim Akchab

Mondiaux d'athlétisme: avant de courir aujourd'hui, Ibrahim Akchab largue le Maroc pour le Bahreïn


1 commentaires /

  • Ragi Hakim
    Le 12 Jul. 2018 à 08h06
    La fédération doit se remettre en question au vue des résultats et des défection pour d'autres pays. Les athlètes sont abandonnés à leur sort et choisissent d'autres horizons pour vivre. Ce ne sont pas eux qui sont à blâmer mais les dirigeants fédéraux qui sont incompétents, peu ou pas du tout professionnel et très éloignés du monde de l'athlète et de l’athlétisme. Cela dure depuis que Ahizoune et à la tête de cette instance. De plus, il se satisfait des piètres résultats et veut faire accroire un bilan positif. Ces dirigeants doivent être tous débarqués. Pour exemple, des athlètes convoqués par la fédération, préfèrent décliner les entrainements pour poursuivre ceux avec leur club. Je pense entre autres à Sofiane Bakkali.
Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

L'enfer du décor. Talib et le DHJ: ces dirigeants ingrats!

Un Français Ballon d'Or, et puis quoi encore?

Kiosque

Les coachs continuent à défiler au WAC

Sale temps pour les entraîneurs en Botola

Azaro risque gros en Egypte

Une femme de TV à la tête du foot anglais

Idrissi est Lion, reste l’aval de la FIFA

Un rythme effréné attend les clubs marocains

Les Ultras anti-Fakhir s'expliquent

Le Qatar associerait l’Iran au Mondial 2022

Où va l'argent du football?

La menace de trop contre Fakhir