Filinfo

Autres

Pourquoi Wayne Rooney s'est rendu chez Donald Trump?

© Copyright : DR
Mais que faisait donc le footballeur star Wayne Rooney à la Maison Blanche dimanche dernier?
A
A

La fête de Noël organisée par la présidence américaine est un rendez-vous incontournable pour les personnalités résidant à Washington, capitale des États-Unis. Mais il est rare d'y croiser des footballeurs européens. 

L'ex-star de Manchester United, aujourd'hui joueur de DC United, Wayne Rooney, a eu le privilège d'être invité à la "Christmas party" du 45e président des USA, Donald Trump.

L'Anglais et sa famille se sont donc rendus au 1600 Pennsylvania avenue dimanche soir pour découvrir ce lieu mythique, domaine résidentiel des présidents américains. 

Rooney doit son invitation au fils de Donald et Melania Trump, Barron, fan absolu de l'ancien joueur d'Everton. 

Selon la rumeur, la famille de la star anglaise a eu le droit de visiter les appartements privés de Donald Trump mais pas le bureau ovale, ce lieux de décision et de pouvoir qui symbolise la toute-puissance des États-Unis.

 

 

 

Par Le360sport
A
A

Tags /


à lire aussi /

Autres People
Autres People

Image du jour. Santiago Solari se console à Marrakech

Autres People
Autres People

Pamela Anderson et Adil Rami, c'est reparti

Autres People
Autres People

La décla choc de Mike Tyson sur Michael Jackson


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Violence aveugle

Maghreb United ou FC Europe?

Kiosque

Maroc-Argentine rapportera gros

Le Raja pense déjà à la saison prochaine

Le coach des U23 confiant face à la RDC

Pour le Real, c’est Mbappé ou rien

La FRMF veut éliminer les U23 congolais

Pour Al-Nassr, Amrabat est sa propriété

Le Raja rationalise ses dépenses

Le Barça veut traire les supporters anglais

Les Camerounais traitent Ahmad de "corrompu"

L'affaire Karnass crée de nouveaux remous