Filinfo

Autres

Turquie: Erdogan frustré de n'avoir "pas encore" obtenu les JO

© Copyright : DR
Le président turc Recep Tayyip Erdogan a exprimé lundi sa frustration de n'avoir "pas encore" obtenu l'organisation des jeux Olympiques en Turquie, et affirmé que son pays avait la capacité d'accueillir n'importe quelle compétition internationale.
A
A

"Certes, nous n'avons pas encore réussi à faire venir les jeux Olympiques dans notre pays", s'est agacé M. Erdogan lors d'un discours à Istanbul, évoquant la candidature malheureuse de la mégalopole turque pour l'organisation des JO de 2020, attribués à Tokyo.

"Ils ne nous ont pas accordé les jeux Olympiques alors que nous les méritions !", a lancé M. Erdogan, affirmant que la Turquie avait "accompli des progrès importants pour les jeux Olympiques en termes de préparation sportive et d'infrastructures".

La défaite, en 2013, d'Istanbul face à Tokyo pour l'organisation des Jeux d'été de 2020 avait été vécue comme un traumatisme par la Turquie et une humiliation par le gouvernement turc, qui s'enorgueillit de ses gigantesques projets d'infrastructures.

"Nous sommes littéralement prêts à accueillir des compétitions internationales grâce aux équipements sportifs modernes dans plusieurs de nos villes", a souligné M. Erdogan, sans toutefois dire si la Turquie présenterait sa candidature à l'organisation de futurs Jeux.

Aucune ville turque n'a présenté sa candidature pour les éditions 2024 et 2028 des Jeux d'été, dont les hôtes pourraient être annoncés simultanément. Paris et Los Angeles sont les seuls candidats pour 2024.

Ankara n'a toutefois pas abandonné son rêve d'organiser une compétition sportive majeure: la Fédération turque de football a ainsi présenté sa candidature à l'organisation de l'Euro-2024.

M. Erdogan a dévoilé lundi un projet de construction d'un stade d'une capacité de 40.000 places à Ankara, où, a souligné le président turc, "nous n'avons pas de stade emblématique".

Mais le principal défi des autorités turques sera de rassurer l'UEFA sur la situation sécuritaire du pays, ensanglanté par de nombreux attentats liés aux jihadistes ou à la rébellion kurde, et secoué par une tentative de coup d'Etat en juillet dernier.

Par Le360 (avec AFP)
A
A

Tags /


à lire aussi /

Autres JO
Autres JO

Diapo. Pyeongchang2018: cérémonie de clôture des JO d'hiver

Autres Ester Ledecka
Autres Ester Ledecka

JO d'hiver: Une snowbordeuse sacrée en Super-G

Autres JO
Autres JO

Le patron du CIO souhaite confier l’organisation des JO à un pays africain


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Non, l’Arabie Saoudite n’est pas un pays ami ni frère

Ceci n’est pas un reportage

Félonie saoudienne

P’tit-pont: Souvenirs, souvenirs...

Corner. Task Force, tu ne tueras point!

Ce n’était pourtant qu’un match de foot

P’tit-pont. Mondial: le bonheur des quarts

Maroc 2026: le spot de la honte!

Hors jeu. Foot, c’est la guerre!

Soyons réalistes, demandons un miracle!

Kiosque

ça se complique pour les Lions de l'Atlas

Amrabat: le bon réflexe du docteur El Hifti

Les fans marocains en force en Russie

Le Barça piqué au vif par le Niet de Grizou

Le Mondial sur beIN, c'est gratuit!

Maroc-Iran: avantage aux lions de l’Atlas

Le Maroc doit, enfin, gagner son 1er match

Turki Al-Sheikh s'est "trumpé" de frère

L'Iran, cet écueil devant les Lions

Premier Mondial pour la bande à Benatia