Filinfo

Autres

Un dirigeant de la CAF soupçonné de crime de guerre

© Copyright : DR
La cour d’appel de Paris a donné son feu vert pour remettre Patrice-Edouard Ngaïssona, président de la fédération centrafricaine de football et membre du comité exécutif de la CAF, à la Cour Pénale Internationale.
A
A

La justice française a ordonné la remise à la Cour pénale internationale de La Haye, de Patrice-Edouard Ngaïssona, membre du comité exécutif de la CAF.

Président de la Fédération centrafricaine de Football depuis 2008, cet ex-chef de milice centrafricaine est soupçonné d’avoir commis ou participé à commettre des crimes de guerre et d’autres crimes contre l'humanité entre septembre 2013 et décembre 2014.

Ngaïssona, 51 ans, a été arrêté le 12 décembre en France et placé dans la prison de Fleury-Mérogis, depuis. Il avait été élu en février 2018 au Comité exécutif de la CAF.

 

 

Par Oumeïma Er-rafay
A
A

Tags /


à lire aussi /

Autres CAN 2019
Autres CAN 2019

Finalement Infantino snobe l'Afrique

Autres CAF
Autres CAF

Un Marocain bientôt secrétaire général de la CAF?

Autres Justice
Autres Justice

Affaire Kaddioui-Fakhir, le tribunal se prononce


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Au nom du maire

Violence aveugle

Maghreb United ou FC Europe?

Kiosque

Avec un petit budget, Zemamra a tout réussi

WAC-Sundowns décalé?

Les démentis d’Ahmad ahmad

Le Portugal tient son futur Ronaldo

Le nirvana pour la Renaissance de Zemamra

Un derby profitable au Wydad

Ahizoune "déçu" pour le Marathon de Rabat

Un éléphant annoncé au Parc des princes

Le stade Mohammed V rouvre dans un mois

L’âge des U17 divise Fecafoot et FRMF