Filinfo

Autres

Un dirigeant de la CAF soupçonné de crime de guerre

© Copyright : DR
La cour d’appel de Paris a donné son feu vert pour remettre Patrice-Edouard Ngaïssona, président de la fédération centrafricaine de football et membre du comité exécutif de la CAF, à la Cour Pénale Internationale.
A
A

La justice française a ordonné la remise à la Cour pénale internationale de La Haye, de Patrice-Edouard Ngaïssona, membre du comité exécutif de la CAF.

Président de la Fédération centrafricaine de Football depuis 2008, cet ex-chef de milice centrafricaine est soupçonné d’avoir commis ou participé à commettre des crimes de guerre et d’autres crimes contre l'humanité entre septembre 2013 et décembre 2014.

Ngaïssona, 51 ans, a été arrêté le 12 décembre en France et placé dans la prison de Fleury-Mérogis, depuis. Il avait été élu en février 2018 au Comité exécutif de la CAF.

 

 

Par Oumeïma Er-rafay
A
A

Tags /


à lire aussi /

Autres Justice
Autres Justice

Hakeem al-Araibi va être libéré

Autres CAF
Autres CAF

Nouvelles accusations contre Ahmad Ahmad

Autres Justice
Autres Justice

Détention prolongée pour Al-Araibi


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Maghreb United ou FC Europe?

Kiosque

Hachim Massour se soigne à Milan

Le WAC, un rouleau compresseur

MCO-RSB, le match de tous les désordres

Ronaldo n’a pas porté la Vieille dame

L'échange d'arbitres officialisé avec l’Afrique

La FRMA rate un championnat du monde

Hachim Mestour a fui son club grec

Chelsea a le blues et cherche un coach

107 stades réhabilités

Trio arbitral sénégalais pour MCO-RSB