Filinfo

Foot

Giroud, le Guivarc'h de Deschamps

© Copyright : DR
Très critiqué, Olivier Giroud est pourtant toujours titulaire dans le système de Didier Deschamps. En demi-finale de Coupe du Monde, c'est le moment ou jamais de s'illustrer pour l'attaquant de Chelsea.
A
A

Olivier Giroud c'est 31 buts en 79 sélections avec les Bleus. C'est autant que Zinédine Zidane. Pourtant, l'attaquant de Chelsea demeure un mal aimé dans son pays. Ses statistiques faméliques dans ce Mondial n'arrangent pas les choses, et rapellent le cas de Stéphane Guivarc'h il y a 20 ans, avant centre des champions du monde sans inscrire le moindre but.

Giroud et Guivarc'h c'est un peu la même chose. Sauf que le premier compte 30 buts en plus que l'attaquant titulaire des Bleus en 1998. L'ancien gunner a été efficace lors de plusieurs rencontres, mais il est toujours le premier à être critiqué. Sauf que son profil reste indispensable au système de Didier Deschamps.

Giroud le travailleur
L'ancien attaquant de Montpellier n'est pas le joueur qui traversera la moitié du terrain balle au pied pour créer une occasion. Mais du haut de son 1m92, Giroud n'hésitera jamais à aller au pressing. Essayer de gagner tous les duels aériens, c'est une de ces priorités. Ces deux tâches le rendent indispensable dans le système de l'équipe de France. 

Avec des attaquants rapides autour de lui, une simple déviation de la tête du joueur de Chelsea est capable de créer le danger. Contre l'Argentine il a offert une passe décisive à Mbappé dans un moment crititque pour son équipe. Avec son profil de tour de contrôle, Giroud permet à des milieux comme Pogba et Kanté de jouer les deuxièmes ballons. Ainsi, même en restant muet durant toute la Coupe du Monde, il reste titulaire indiscutable.

Un pivot précieux
La présence de Giroud libère Mbappé, comme celle de Guivarc'h libérait Zidane. Les défenseurs centraux, omnibulés par la présence d'un joueur de ce gabarit ne sortent pas directement sur les porteurs du ballon, et restent souvent au marquage. Ce qui permet au talentueux numéro 10 des Bleus de s'avancer et gagner des mètres balle aux pieds. 

Le jeu dos au but de l'attaquant des Blues permet aux ailiers rapide de combiner et créer des espaces même au coeur des défenses les plus compactes. Son apport dans les airs permet aussi aux défenseurs de dégager les ballons sans se poser de questions lors des moments critiques. 

Olivier Giroud n'est pas si inefficace en fin de compte. En attendant son but en Coupe du Monde, sa présence est un bon signe pour les Français. Quand le numéro 9 est muet... les Bleus remportent la compétition. 

Par Nassim Elkerf
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Russie 2018
Foot Russie 2018

Barack Obama: les Bleus “ne ressemblent pas tous à des Gaulois”

Foot Russie 2018
Foot Russie 2018

Vidéo. Macron en feu dans les vestiaires

Foot Russie 2018
Foot Russie 2018

Zidane félicite enfin l'équipe de France


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Les races n’existent pas

Cette France que nous aimons tant… haïr

Foot: l’esprit d’équipe

Et si on organisait notre propre Mondial?

les Lions encore arnaqués

La plus belle des défaites

Non, l’Arabie Saoudite n’est pas un pays ami ni frère

Ceci n’est pas un reportage

Félonie saoudienne

P’tit-pont: Souvenirs, souvenirs...

Kiosque

RSB-Al Masry, sans Ayoub El Kaabi

Le Raja en déplacement périlleux à Abidjan

L'Angleterre veut le Mondial 2030

Ouvriers de Qatar 2022, un souci mondial

Le WAC vise la tête du groupe C

Le DHJ de Talib défie le Sétif de Taoussi

La FIFA interdit les retards de salaires

Le Real, c'est l'Eden pour Hazard

La Maroc s'en sort avec une médaille d'or

Le MAT tourne la page Abroun