Filinfo

Foot

Mondial 2026: l’analyse du vote bloc par bloc

© Copyright : DR
Pour sa cinquième candidature à l’organisation de la Coupe du Monde, le Maroc a encore une fois perdu. La défaite était peut-être attendue mais le score laisse perplexe. Tous comptes faits, il y a eu trahison quelque part. Détails.
A
A
Maintenant que la défaite est consommée face au trio nord-américain, l‘heure est à l’analyse du vote du 13 juin. Qui a voté pour qui? Quelles sont les voix qui ont fait basculer le verdict en faveur de United 2026?

La pression Ahmad Ahmad

En dépit des menaces de Trump et les votes politiques contre le Royaume de certains pays traditionnellement hostiles à notre intégrité territoriale, le Maroc n’a pas perdu beaucoup de voix en Afrique.

Des 53 fédérations du continent qui ont voté, seules 11 voix sont allées à United. On s’attendait à plus de dégâts. Mais il semble que l’influence, voire la pression de Ahmad Ahmad, président de la Confédération africaine de football a donné ses fruits, permettant à l’Afrique de rester unie, ou presque, derrière la candidature marocaine. La voix du Ghana éliminé du vote n’aurait rien changé au verdict final. Il faut souligner que l’interférence politique n’a pas trop influé sur le vote du continent.

L’Europe tourne le dos au Maroc

De son côté, l’Europe a massivement voté pour United 2026. Plus pragmatiques, les Européens ont privilégié la raison au cœur. Ils ont jugé le dossier américain plus solide et plus rentable.

Hormis les amis traditionnels du Maroc comme la France et la Belgique, l’UEFA a majoritairement voté pour le trio nord-américain. Des 55 voix du vieux continent, le Maroc n’en obtient que 11. L’Espagne n’a pu voter puisque son président était en conférence de presse pour limoger Lopetegui, le sélectionneur de la la Roja. La Slovénie s’est abstenu.

Le Conmebol et la Concaf sans surprise

Alliée incontestable de ses voisins du Nord, la confédération sud-américaine (CONMEBOL) qui avait refusé de recevoir Maroc 2026 lors de sa campagne, a voté sans surprise pour son ami amérciain. Seul le Brésil a donné sa voix au Maroc. Il faut signaler également l’abstention de Cuba.

Trahison arabo-musulmane en Asie

Le Maroc comptait sur l’Asie pour faire la différence car la confédération asiatique est largement composée de pays arabes et musulmans.

Ce sont justement les “frères” du Maroc sur ce continent qui, non seulement ont voté contre sa candidature, mais, pour certains d’entre eux, ont fait campagne en faveur de son adversaire. Des 46 pays de cette confédération, seules 12 associations ont fait confiance au Royaume.

La Yémen, la Syrie, Oman, la Palestine et le Qatar sont les seuls qui ont dit non à Donald Trump. Les autres pays arabo-musulmans se sont rangés du côté de l’Amérique. L'iran n'a pas choisi son camp. Édifiant!

 

Par Kamal Mountassir
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot Russie 2018
Foot Russie 2018

Infantino “m’a tuer”, une deuxième fois

Foot Russie 2018
Foot Russie 2018

Vidéo. La FIFA critique le Maroc et défend l’arbitre américain

Foot Mondial 2026
Foot Mondial 2026

Vidéo: du rififi au Liban après le vote pour United


2 commentaires /

  • ait
    Le 14 Jun. 2018 à 05h40
    Oui hakim à raison. Les gouvernements de ces pays ont trahi trahissent et trahirons toujours.ils aiment ceux qui leur donnent des coups de bâtons et n'ayons pas peur des mots qui les ENTUBENT.que n'a pas fait le maroc pour eux et en récompense...... Ressuscitons le maghréb arabo-amazigh et différencons nous de cette zone.si ce n'est pas par les gouvernements ça sera par les peuples.VIVE LE MAGHREB UNI DU MAROC A LA LYBIE EN PASSANT PAR LA MAURITANIE
  • Hakim Ragi
    Le 13 Jun. 2018 à 16h39
    Il faut que le Maroc apprenne que dans les relations entre pays ou les corps constitués entre deux Etats, il n'existe pas d'amis ou de frères, si ce ne sont les intérêts partagés, le gagnant-gagnant, les échanges de bons procédés installés dans la durée. Le Maroc doit savoir que l'on est trahi que par ses proches, sinon il n' y aurait pas de trahison. Il devrait reconsidérer ses relations autres, plus précisément avec les pays "frères" tels que l'Arabie saoudite qu'il soutient militairement contre le Yémen (qui a voté pour le Maroc), le Bahreïn (le Maroc est intervenu lors des émeutes de la majorité chiites) , la Jordanie (la dynastie hachémite se dit liée au Royaume du Maroc). Le Maroc doit se défaire de cette naïveté qui le caractérise. Il se donne corps et âme et le paie au prix fort. Mais pour conclure, je préfère être trahi que trahir.
Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

La plus belle des défaites

Non, l’Arabie Saoudite n’est pas un pays ami ni frère

Ceci n’est pas un reportage

Félonie saoudienne

P’tit-pont: Souvenirs, souvenirs...

Corner. Task Force, tu ne tueras point!

Ce n’était pourtant qu’un match de foot

P’tit-pont. Mondial: le bonheur des quarts

Maroc 2026: le spot de la honte!

Hors jeu. Foot, c’est la guerre!

Kiosque

Mondial maroco-algérien? El Khalfi évasif

L'autocritique et la confiance de Dirar

Le FC Bâle intéressé par Ahaddad

La barbichette porte-bonheur de CR7

Le Maroc a gagné une équipe d’avenir

Les lions ont stressé le président portugais

Ça se gate entre Benatia et Hadji

Lions de l'Atlas: autopsie d'une élimination

Mondial 2030: Le Maroc en solo?

120 millions de dirhams pour le Mondial russe