Filinfo

Foot

Vidéos. Petit Vinicius veut devenir grand

© Copyright : DR
Vinicius Junior est enfin arrivé au Real Madrid, cet été, contre 45 millions d'euros. Sauf que pour l'instant, le crack brésilien n'a pas joué la moindre minute en match officiel. Qu'est ce qui cloche?
A
A

Pour 45 millions d'euros, le Real Madrid a arraché la pépite Vinicius Junior à Flamengo, alors que tous les grands clubs européens le suivaient de très près. Vinicius est un produit du club le plus populaire du Brésil, la pression, il la connaît et il n'en a certainement pas peur. Arrivé cet été, il a montré de belles choses lors de l'International Champions Cup. Depuis, il s'entraîne avec la première équipe, sans pour autant avoir sa chance lors des matchs officiels. 

18 ans et déjà très bon

Cette saison, Vinicius c'est 3 buts en 4 matchs avec le Real Madrid Castilla. Avec en plus, une vingtaine de petits ponts, et une moyenne de 10 dribbles réussis par match, les adversaires subissent la loi du crack et certain en ont déjà marre. Comme le club Cultural Leonesa, qui s'est plaint auprès de la fédération espagnole. Les dirigeants estiment que Vinicius fausse la compétition, et que le fait de le faire jouer n'a rien d'un acte fair-play venant d'un club comme le Real Madrid: "La compétition est faussée avec certain type de joueurs, de classe mondiale, et à cause de certaines équipes filiales en lice. Aujourd’hui, il peut venir jouer ici, mais demain, il peut ne pas jouer contre un rival direct, et ça, ça fausse la compétition".

 

 

Il suffit de voir ce que Vinicius fait chaque match pour comprendre pourquoi, un club comme Leonesa demande à ce que le Brésilien ne joue plus en Segunda B. L'ex-joueur de Flamengo se balade dans les défenses adverses. Et quand son prix est de 45 millions d'euros, c'est littéralement le budget de près de 10 équipes de 3e division espagnole. Vive l'égalité des chances.

 

 

Son talent est indéniable et fait parler de lui. Pour son coéquipiers Dani Carvajal, "Vinicius est très, très bon, mais a besoin de temps car il est très jeune. Il a besoin de jouer, et c'est ce qu'il fait avec la Castilla. Le club doit le couver et c'est ce qui est fait en ce moment". Un discours positif, mais qui rappelle celui tenu par le Real Madrid pour le cas Martin Odegaard (19 ans). Prodige du football norvégien, il est arrivé à la Castilla en 2015 et ne s'est toujours pas fait sa place en équipe première. Pour éviter de revivre ce feuilleton, quelques responsables et médias madrilènes font pression. Puisqu'à la différence du Norvégien, il n'a pas signé au Real pour jouer en 3e division, et il le prouve à chaque entraînement avec les grands.

 

 

Il faut dire que le jeune brésilien n'a toujours pas haussé le ton. Mais jusqu'à quand? Son entourage (famille et agent) grincent déjà des dents, à l'idée de voir leur protégé jouer en 3e division, alors qu'il était aux portes de la Seleçao (rien que ça), lorsqu'il faisait le bonheur de Flamengo. Couver Vinicius lors de sa première année en Europe c'est bien, mais attention tout de même à ne pas le faire trop longtemps, au risque de le voir perdre ses moyens au fil des mois. Car pour l'instant, il régale, mais surtout écoeure ses adversaires.

 

 

Lopetegui nationaliste?

L'entraîneur qui doit assurer "l'après Zidane" fait confiance à son groupe, et essaye de traverser cette phase de transition avec délicatesse. Pas question pour lui de chambouler les anciens plans de Zizou en y faisant intégrer un jeune Brésilien. Lopetegui préfère relancer Dani Ceballos, ou encore intégrer le jeune Álvaro Odriozola. Deux Espagnols qui s'ajoutent à Isco, Vasquez ou encore Asensio. L'entraîneur du Real n'est plus sélectionneur de la Roja, mais une chose est sure, c'est qu'en bon formateur ibérique, il aura toujours une préférence pour les joueurs formés en Espagne, comme lorsqu'il était à la tête de la Roja.

Qui plus est, quand Lopetegui est arrivé, Vinicius était déjà dans son avion pour Madrid. Arrivé au Santiago Bernabeu, il est présenté en tant que futur grand joueur du club du siècle. Au Brésil, il est perçu comme le prochain Neymar. Sauf que la dernière décision de Lopetegui a relancé le débat au sujet du statut du Brésilien.

Ce dernier a d'abord fait partie de la liste des 23 qui devaient affronter l'Espanyol Barcelone ce week-end, avant d'être mis à l'écart par son entraîneur au moment de faire sa liste définitive. Pour le moment, Vinicius se montre humble et travaille dur à l'entraînement, sans se plaindre tout en jouant ses matchs avec la Castilla sans la moindre réserve. Motivé, il donne le meilleur de lui-même... mais pour combien de temps encore? Les prochains jours apporteront une réponse, surtout qu'à son âge, un certain Kylian Mbappé faisait déjà des merveilles en Ligue des Champions avec l'AS Monaco.

 

 

 

Par Nassim Elkerf
A
A

Tags /


à lire aussi /

Foot match amical
Foot match amical

La Seleção bientôt contre les Lions?

Foot Real Madrid
Foot Real Madrid

Les jours de Lopetegui au Real sont comptés

Foot Brésil
Foot Brésil

Pelé lance un défi à Neymar


Commenter cet article
Oups ! il semble que votre name soit incorrect
Oups ! il semble que votre e-mail soit incorrect
Oups ! il semble que votre commentaire est vide

Oups ! Erreur de valider votre commentaire

Votre commentaire est en attente de modération

Retrouvez-nous

Chroniques

Un Français Ballon d'Or, et puis quoi encore?

Mais pourquoi choisissent-ils le Maroc?

Les races n’existent pas

Cette France que nous aimons tant… haïr

Foot: l’esprit d’équipe

Et si on organisait notre propre Mondial?

les Lions encore arnaqués

La plus belle des défaites

Non, l’Arabie Saoudite n’est pas un pays ami ni frère

Ceci n’est pas un reportage

Kiosque

Une 5e journée de Botola étalée sur 3 jours

Le Maroc combatif aux JO de Buenos Aires

Boussoufa exige 30 MDH pour être Wydadi

Antonio Conté à la rescousse du Real?

Le match Raja-Enyimba aura-t-il lieu?

Les Lions piétinent, la FRMF s'inquiète

Ça se gâte entre Fathi Jamal et les Verts

Neymar compte revenir au Barça

Raouraoua fait un cadeau à l'ESS contre le WAC

La CAN 2019 tend la main aux Lions de l'Atlas