Vidéo. Algérie. Enrico Macias: «quand le peuple bouge de cette façon, on va l'entendre» - Le360afrique.com

Vidéo. Algérie. Enrico Macias: «quand le peuple bouge de cette façon, on va l'entendre»

Mise à jour le 25/03/2019 à 16h17 Publié le 25/03/2019 à 16h04 Par Karim Ben Amar

Enrico Macis sur le maroc et l'algérie
© Copyright : DR

#Culture

#Algérie "Je ressens un immense espoir". C’est ainsi que le célèbre chanteur Enrico Macias a commenté les manifestations contre le maintien de Bouteflika au pouvoir. Il revient aussi sur "le peuple exceptionnel" du Maroc devant lequel il s'est récemment produit.


«Quand je vois ces millions de gens manifester pacifiquement pour que tout change, c’est un immense espoir non-seulement pour eux, mais pour moi aussi», a affirmé l'auteur, chanteur et compositeur Enrico Macias sur le plateau de la chaine d'information française BFM TV.

Enrico Macias a déclaré son désir de retourner à la terre de son enfance, l'Algérie. L'artiste, né à Contantine le 11 décembre 1938, est revenu sur le fait que ces évènements puissent lui permettre «d’ouvrir de nouvelles portes» en Algérie.

«Je sens que je vais y aller», a-t-il résumé . «J’ai envie de retourner et de sentir l’air de mon pays, ma terre natale», a affirmé Enrico Macias.

«C'est mes racines qui ont été coupées», a-t-il ajouté.


>>>LIRE AUSSI: Algérie: l’épouse du général Ghali Belkecir menace les juges et les magistrats qui soutiennent les manifestants

«J’espère que ça va changer en Algérie. Quand le peuple bouge de cette façon, on va l’entendre», a enfin conclu Enrico Macias, icône de la musique judéo-arabe et andalouse.

Par ailleurs, sur ce même plateau de BFM TV (6e minute de la vidéo), Enrico Macias est revenu sur son dernier concert au Maroc, qui s'est tenu le 14 février dernier. 

«On a menacé de boycotter mon spectacle j'étais pas menacé physiquement», indique -t-il, avant de poursuivre: «je voulais aller à Casablanca, chanter pour les Marocains qui sont un peuple merveilleux, ont un roi exceptionnel. Le Maroc, c'est l'Andalousie des temps modernes». 

«Il y avait 100 manifestants devant le théâtre, et dans la salle, ils étaient 2000», a enfin souligné Enrico Macias.


A LIRE AUSSI :

0.48117017745972 Sec