Algérie. Manifestations du 22 février: le directeur de l’information de la Télévision publique limogé - Le360afrique.com

Algérie. Manifestations du 22 février: le directeur de l’information de la Télévision publique limogé

Mise à jour le 24/02/2019 à 18h46 Publié le 24/02/2019 à 18h44 Par Karim Zeidane

Manifestations Algérie (e mandat
© Copyright : DR

#Médias

#Algérie La grande manifestation du 22 février à Alger semble avoir laissé des traces dans les médias, surtout publics. Adel Salakdji, directeur de l’information à l’EPTV, en a fait les frais, mais le black-out sur les manifestations est de plus en plus critiqué au sein des rédactions publiques.

Le traitement médiatique des manifestations contre le 5e mandat de Bouteflika crée des remous au sein des médias algériens. Ainsi, Adel Salakdji, directeur de l’information à l’EPTV (ex-ENTV), a été démis de ses fonctions par Tewfik Khalladi, patron de la télévision publique. Il a été remplacé à ce poste par son adjoint Tewfik Abed.

Sur les raisons de son limogeage, les avis divergent. Certains évoquent l’impasse sur les manifestations du 22 février avançant qu’il paie les frais du boycott, par les chaines publiques, de la mobilisation populaire contre le 5e mandat du président Bouteflika. En effet, malgré les imposantes marches organisées dans toutes les régions du pays, la télévision publique n'en a soufflé mot.


LIRE AUSSI: Algérie: El Watan estime un 5e mandat "kafkaïen" et "surréaliste"


D’autres, par contre, expliquent ce limogeage  par son refus de «reprendre la dépêche APS de vendredi, sur les manifestations populaires».

Selon certains observateurs, «Adel Salakdji est un fusible qui saute», expliquant qu’il ne décide rien à son niveau.

Le démis a intégré l’EPTV en 2000 et a gravi les échelons –journaliste, présentateur de JT, rédacteur en chef et sous-directeur des moyens de la direction de l’info, et directeur de l’information.

A noter que le traitement des informations sur les manifestations a suscité des divergences au sein de la presse publique où de plus en plus de journalistes s‘opposent au black-out sur les manifestations, créant un malaise au sein des rédactions.


LIRE AUSSI: Algérie: la presse internationale virulente contre un 5e mandat de Bouteflika


Selon les médias algériens, Meriem Abdou, journaliste vedette de la Chaîne 3 de la radio nationale et membre de la rédaction en chef, a démissionné de l’encadrement pour protester contre le traitement médiatique des manifestations contre le 5e mandat de Bouteflika. Comme elle, plusieurs journalistes avaient protesté contre le black-out imposé par leur direction et ont signé une pétition pour exiger la couverture du mouvement sur le terrain.
Un vent nouveau souffle sur les médias publics algériens,…

A LIRE AUSSI :

0.00014090538024902 Sec