Algérie: le président par intérim Bensalah va s'adresser ce jeudi soir à la nation - Le360afrique.com

Algérie: le président par intérim Bensalah va s'adresser ce jeudi soir à la nation

Mise à jour le 06/06/2019 à 15h13 Publié le 06/06/2019 à 15h09 Par Le360 Afrique - Afp

Abdelkader Bensalah
© Copyright : DR

#Politique

#Algérie Le chef de l'Etat par intérim en Algérie, Abdelkader Bensalah, s'adressera ce jeudi soir à "la nation", dans sa première allocution depuis l'annulation de la présidentielle à l'issue de laquelle il était censé remettre le pouvoir, a annoncé la télévision nationale.

Son discours sera diffusé à partir de 20H00 (19H00 GMT), a indiqué la chaîne, sans donner de détail sur le contenu du discours de Bensalah.

Conformément à la Constitution, Bensalah, président de la Chambre haute du Parlement, a été désigné chef de l'Etat par intérim le 9 avril, une semaine après la démission du président Abdelaziz Bouteflika, après 20 ans au pouvoir, sous la pression de la rue et de l'armée.

La Constitution prévoit que son intérim dure 90 jours, durant lesquels il doit organiser une présidentielle -qui était prévue le 4 juillet- et remettre le pouvoir au nouvel élu.


LIRE AUSSI: Algérie: l'élection présidentielle du 4 juillet annulée


Mais, en rejetant le 2 juin les deux seuls dossiers de candidature, le Conseil constitutionnel a constaté "l'impossibilité" de la tenue du scrutin du 4 juillet.

En chargeant Bensalah de "convoquer" une nouvelle élection, le Conseil a de facto prolongé sine die l'intérim, jusqu'à la prestation de serment d'un nouveau président élu.

Le mouvement inédit de contestation qui secoue l'Algérie depuis le 22 février rejetait massivement cette présidentielle du 4 juillet, refusant que le successeur de Bouteflika soit élu lors d'un scrutin organisé par ses anciens affidés et réclamant le départ de ces derniers.

Le haut commandement de l'armée, véritable détenteur du pouvoir depuis le départ de Bouteflika, refusait toute annulation ou report de la présidentielle, en mettant en garde contre toute sortie du "cadre constitutionnel".

A LIRE AUSSI :

0.43663215637207 Sec