Abidjan. Polémique: étudiante à Fès, Miss Ivoire 2019, ne serait pas «ivoirienne» - Le360afrique.com

Abidjan. Polémique: étudiante à Fès, Miss Ivoire 2019, ne serait pas «ivoirienne»

Mise à jour le 04/06/2019 à 16h05 Publié le 04/06/2019 à 15h34 Par Kofi Gabriel

tara Guèye, miss ivoire 2019

Tara Guèye, miss Côte d'Ivoire 2019.

© Copyright : DR

#Société

#Côte d’ivoire Le concours Miss Côte d’Ivoire 2019 a sacré Tara Guèye comme la plus belle Ivoirienne de l’année. Toutefois, la consécration de la jeune fille, étudiante en sciences économiques à Fès, au Maroc, a déclenché une polémique du fait de son patronyme qui ne sonnerait pas très ivoirien.

Elle s’appelle Tara Guèye, elle a 22 ans et elle vient d’être couronner Miss Côte d’Ivoire 2019 en obtenant 25% des voix lors d’un concours organisé par le Comité Miss de Côte d’Ivoire (Comici) et qui a connu la participation de 27 candidates.

Seulement, si la beauté de la jeune femme qui a été sacrée miss Yamoussokro, la capitale politique de la Côte d’Ivoire, lors des présélections, ne suscite guère de polémique, ses origines ont soulevé un tollé en Côte d’Ivoire.

Pour certains ivoiriens, en effet, la jeune fille la plus belle de Côte d’Ivoire en 2019 ne serait pas Ivoirienne, mais Sénégalaise, en se basant uniquement sur son patronyme «Guèye», qui jette des doutes sur sa nationalité. La presse aussi met l'accent sur ses origines sénégalaises.


LIRE AUSSI: Cameroun: la justice «réhabilite» Miss Cameroun 2018


Pourtant, Tara Guèye, de père certes sénégalais, est bel et bien ivoirienne de par sa mère. 

Ceux qui pensent le contraire oublie que Tidiane Thiam est aussi d’origine sénégalais par son père. Ce polytechnicien, qui dirige aujourd’hui le Crédit Suisse, qui a été ministre de la Planification et du développement de la Côte d’Ivoire, est aussi d’origine sénégalaise avec un patronyme «Thiam» de son père alors que sa mère n’était autre que la nièce de Félix Houphouët-Boigny. 

La mère de la nouvelle miss Côte d’Ivoire a rappelé que «les choses ont commencé depuis son élection à Yamoussoukro. Comme nous ne voulons pas entrer dans la polémique, nous laissons les gens dire ce qu’ils veulent», avant d’ajouter: «je suis ivoirienne de par ma mère qui est Adjoukrou (…). Sa grand-mère est de Dabou et elle peut tout justifier tant en Akjoukrou qu’en Baoulé».


LIRE AUSSI: Miss Guinée: jugé trop dénudé, le concours 2017 choque une Guinée puritaine


Une chose est sûre, dans un pays où les concepts d’«ivoirité» et de «nationalité de souche» sont encore dans les mémoires, cette polémique rappelle que l’intégration africaine a encore du chemin à parcourir.

A noter que cette jeune fille sacrée Miss Côte d’Ivoire 2019, poursuit actuellement ses études en sciences économiques à l’Université Sidi Mohammed ben Abdellah de Fès, au Maroc. Elle est mannequin et pose pour des publicités depuis son jeune âge.

Suite à son sacré, Tara Guèye a empoché la somme de 10 millions de FCFA (15.250 euros) et une voiture. A cela s’ajoute un chèque de 3 millions de FCFA de la Première dame ivoirienne, Dominique Ouattara.

A LIRE AUSSI :

0.3635778427124 Sec