CEDEAO: Alpha Condé fait annuler une mission de quatre chefs d'Etat auprès de lui - Le360afrique.com

CEDEAO: Alpha Condé fait annuler une mission de quatre chefs d'Etat auprès de lui

Mise à jour le 28/02/2020 à 07h49 Publié le 28/02/2020 à 07h46 Par Mar Bassine

Alpha Condé

Alpha Condé, président de la Guinée.

© Copyright : DR

#Politique

#Guinée Quatre chefs d'Etat mandatés par la CEDEAO devaient se rendre auprès du président guinéen dans le but d'une médiation à quelques jours des élections législatives et du référendum. Alpha Condé leur a dit niet, selon Radio France Internationale.


Citant "deux sources haut placées de la Cédéao", Radio France internationale affirme que l'organisation régionale "envisageait d'envoyer ce vendredi une délégation en Guinée, à quelques jours des élections législatives et du référendum pour une nouvelle constitution".

Il s'agit notamment de quatre chefs d'Etat, dont deux anglophones Muhammadu Buhari du Nigeria, Nana Akufu Ado du Ghana et deux francophones, Mahammadou Issoufou du Niger, président en exercice et Roch Marc-Christian Kaboré, du Burkina Faso. 

Mais c'était sans compter avec le tempérament de feu d'Alpha Condé qui a jugé que cette offre n'était pas la bienvenue auprès de lui. 


>>>LIRE AUSSI: Guinée: les excuses imaginaires de deux ex-chefs d'Etat africains à Condé

Cette fin de non-recevoir a donc fait "avorter la mission" après plusieurs jours d'efforts des pays de la sous-région pour calmer la crise dans ce pays de 13 millions d'habitants, en proie à des contestations qui ont fait plusieurs morts et qui durent depuis plusieurs semaines.


La Cédéao est foncièrement opposé à la manipulation de la constitution dans le but de se maintenir au pouvoir. Cependant, Alpha Condé pourra dénoncer une politique du deux poids deux mesures de la part de l'organisation régionale. Car, il n'est pas le seul à avoir touché à la constitution à la veille de consultations électorales. 

En 2018, le président Macky Sall a bien fait adopter des changements majeurs dans la constitution sénégalaise afin d'écarter ses plus farouches opposants d'alors, en l'occurrence Karim Wade et Khalifa Sall. Pourtant, la Cédéao n'avait même pas pensé à une mission. 

En avril prochain, le président ivoirien Alassane Ouattara procédera également à un changement de la constitution dont la teneur n'est pas encore révélée, mais que beaucoup lient à la possibilité pour lui de faire un troisième mandat. La Cédéao lui enverra-t-elle une de ses missions de haut niveau? 

A LIRE AUSSI :

0.37955117225647 Sec