Guinée: un éboulement d'ordures dans une décharge publique fait une dizaine de morts - Le360afrique.com

Guinée: un éboulement d'ordures dans une décharge publique fait une dizaine de morts

Mise à jour le 22/08/2017 à 21h44 Publié le 22/08/2017 à 19h58 Par notre correspondant à Conakry Mamourou Sonomou

Décharge de Combodge 2

#Société

#Guinée L'éboulement d'une montagne d'ordures dans une décharge publique à Conakry a fait au moins cinq morts dans le quartier Dar-Es-Salem, en haute banlieue de Conakry. Le bilan pourrait s'alourdir. Cet éboulement s'est produit alors qu'une pluie diluvienne s'abat sur Conakry.

Le gouvernement parle de cinq morts. Mais dans le quartier de Dar-Es-Salem où une partie de la plus grande décharge de Conakry s'est écroulée sur des habitations, en majorité des maisons de fortune, les habitants font état d'au moins une dizaine de morts. "Il y a un autre cas à signaler à la police et il y a certainement d'autres corps dans les décombres", a signalé Mohamed Barry dont l'habitation se trouve tout près de la décharge qui s'étend sur près d'une dizaine d'hectares.

Six autres personnes ont été également blessées, selon le porte-parole de la police, le commissaire Boubacar Kassé. Ces personnes ont été évacuées dans les centres hospitaliers les plus proches pour y subir des soins.

Le président Alpha Condé s'est aussitôt rendu sur les lieux pour constater les dégâts et assister aux opérations de secours. Avant lui, les politiciens Sidya Touré et Cellou Dalein s'y sont rendus pour exprimer leur compassion à quelques familles éplorées.


LIRE AUSSI : Ethiopie: plus de 72 morts dans l'éboulement de la décharge d'Addis-Abeba


Un dispositif important de forces de l'ordre (policiers et gendarmes) a été déployé sur les lieux pour contenir la foule qui a envahi les lieux, en dépit de la pluie diluvienne qui s'abat sur Conakry depuis la nuit de lundi.

Communément appelé Combodge (tiré de composter), cette décharge située entre les quartiers Concasseur, Dar-es-Salam et  Hambdallaye, est aujourd'hui située en plein coeur de la banlieue de Conakry. Les ONG de défense de l'environnement ont toujours plaidé pour la délocalisation de cette décharge, mais l'Etat n'a jamais réagi aux critiques, ni aux plaidoiries. "Peut-être qu'il y aura une forte décision suite à ce drame", estime Abdoulaye Camara, environnementaliste. "Le problème c'est que l'Etat a laissé construire des maisons presque dans la décharge. Les conséquences, c'est ce que nous vivons maintenant. Il y a aussi les maladies que cette décharge provoque pour les riverains",  ajoute Camara. 

A LIRE AUSSI :

0.45839595794678 Sec