Trois nouveaux pays africains rejoignent la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures - Le360afrique.com

Trois nouveaux pays africains rejoignent la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures

Mise à jour le 24/04/2019 à 13h07 Publié le 24/04/2019 à 12h48 Par Moussa Diop

AIIB
© Copyright : DR

#Economie

#Maroc La Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (AIIB) a approuvé, le lundi 22 avril 2019, l’adhésion de 4 nouveaux pays, dont 3 africains. Au total, la puissante banque, portée par la Chine et dédiée aux infrastructures, compte actuellement 97 adhérents dont 13 pays africains.

La Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures –Asian infrastructure investment Bank (AIIB)- vient d’élargir la base de ses membres après l’approbation des adhésions de 4 nouveaux membres dont trois pays africains.

En plus de l’Uruguay, les trois nouveaux pays africains ayant adhéré à cette puissante banque, portée par la Chine, sont: la Côte d’Ivoire, la Guinée et la Tunisie, selon l’agence officiel chinoise Xinhua.

Outre les 57 membres fondateurs, les adhésions se sont multipliées pour atteindre 93 membres à fin novembre 2018. Avec ces 4 nouvelles adhésions, l’AIIB compte désormais 97 membres.


LIRE AUSSI: Qui sont les 10 pays africains membres de la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures?


Les pays ayant adhéré à cette importante banque pourront bénéficier des financements pour la réalisation de projets de développement dans les domaines des infrastructures, des transports, des énergies renouvelables, de l’environnement et la gestion des ressources hydrauliques.

Rappelons que l’AIIB est une banque de développement multilatérale lancée en 2016 par la Chine.

Dotée d’un capital de départ de 100 milliards de dollars, dont la moitié a été apportée par la Chine, la banque se fixe comme objectif de financer les projets d’infrastructures de ses pays membres, particulièrement au niveau des nouvelles «Routes de la soie».


LIRE AUSSI: Infrastructures: l'Afrique doit investir entre 120 et 140 milliards de dollars par an


D’où l’engouement des pays africains à adhérer à cette importante institution qui entre en concurrence avec les institutions multilatérales (FMI, Banque Mondiale, etc.) et leurs conditions de crédits souvent soumises à des conditions draconiennes pour nombre de pays africains.

L’AIIB est soutenue par un large éventail de pays qui en sont membres (l'Indonésie, les Philippines, la Corée du Sud, la Russie, le Brésil, l'Australie, l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni, l'Italie, les Pays-Bas, etc.).


LIRE AUSSI: Infrastructures: quand l’Afrique se crée une dépendance inquiétante vis-à-vis de la Chine


Actuellement, elle compte 97 membres dont 13 pays africains: l'Egypte, l'Afrique du Sud, l'Ethiopie, le Kenya, le Soudan, l'Algérie, le Ghana, le Maroc, la Libye, le Togo, la Côte d’Ivoire, la Guinée et la Tunisie. D’autres pays africains ont déposé leur demande d’adhésion dont le Nigeria, le Sénégal et Madagascar, …

A noter que les Etats-Unis, le Japon et le Canada refusent de rejoindre cette institution, laquelle, selon eux, vise à asseoir la domination chinoise.

A LIRE AUSSI :

0.38922595977783 Sec