France. Voici la liste de la cinquantaine d’universités qui refusent la hausse des frais d’inscriptions - Le360afrique.com

France. Voici la liste de la cinquantaine d’universités qui refusent la hausse des frais d’inscriptions

Mise à jour le 01/06/2019 à 14h11 Publié le 01/06/2019 à 14h10 Par Moussa Diop

Universités françaises
© Copyright : DR

#Culture

#Maroc La liste des universités françaises opposés à la hausse des frais d’inscription ne cesse de s’élargir. Ce sont désormais une cinquantaine d’universités et d’établissements (voire liste) qui refusent d'appliquer cette hausse qui touche particulièrement les étudiants du Maghreb.

En novembre 2018, le gouvernement français annonçait de fortes augmentations des frais de scolarité dans les universités françaises pour les étudiants non communautaires.

Suite à cette décision, les frais de scolarité passent, à partir de la rentrée universitaire 2019/2020, pour les étudiants non communautaires en licence de 170 euros à 2.770 euros, soit une augmentation de 1.529%, ceux du Master et de doctorat de respectivement 243 euros et 380 euros à 3.770 euros, soit une augmentation de 1.550% pour le master et 992% pour le doctorat.

Une décision fortement décriée aussi bien en Afrique qu’en France où de nombreuses universités et grandes écoles ont annoncé leur opposition à toute augmentation des frais d’inscription pour les étudiants non communautaires.


LIRE AUSSI: Universités françaises: les étudiants Tunisiens exonérés de la hausse des frais de scolarité


Ainsi, à la date du 24 mai dernier, quelque cinquante universités et grandes institutions(*) ont annoncé qu’elles exonèrent les étudiants internationaux du paiement des augmentations des frais de scolarité.

En clair, les étudiants non communautaires qui s’inscriront à la rentrée universitaire 2019/2020 dans ces établissements bénéficieront des mêmes droits que les étudiants françaiss et communautaires.

Pour les autres universités, les étudiants internationaux doivent s’adresser directement aux établissements afin de connaître les possibilités d’exonération. En effet, de nombreuses universités ont trouvé la parade en offrant des exonérations aux étudiants étrangers, comme le prévoit la loi.


LIRE AUSSI: La Tunisie ambitionne d'accueillir 20.000 étudiants subsahariens à l’horizon 2020


En effet, un décret de 2013 permet aux universités françaises de contourner cette augmentation. Celui-ci stipule que les universités peuvent exonérer des frais d’inscriptions certains de leurs étudiants, dans la limite de 10% du total des élèves inscrits. Ainsi, le président de l’université de Grenoble a déjà annoncé son intention d’exonérer de façon massive les étudiants extra-européens en 2019.

Le gouvernement français aussi a lâché du lest en annonçant que les hausses ne concernent que le flux des nouveaux étudiants en France à partir de la rentrée 2019-2020. Autrement dit, les étudiants déjà inscrits dans les universités françaises seront exonérés de cette hausse.

Au delà, les opposants à cette hausse veulent désormais la non promulgation du décret décrié.
Ces hausses vont particulièrement toucher les étudiants africains, plus particulièrement les Maghrebins, de loin les plus nombreux au niveau des universités françaises.


LIRE AUSSI: France: voici les universités qui ont refusé la hausse des frais d’inscription


La France est l’un des pays qui accueille le plus d’étudiants venant du continent africain. Au titre de l’année 2018, elle a accueilli 325000 étudiants étrangers. Près de 45% de ceux-ci venaient du continent africain, contre 19% pour l’Union européenne, 16% d’Asie-Océanie et 9% d’Amérique.

Au niveau du continent africain, c’est le Maroc qui se hisse au premier rang avec 38.000 étudiants qui poursuivent leurs études dans les établissements supérieurs français en 2018, soit environ 12% de la population totale des étudiants étrangers en France. Loin derrière suivent les Algériens avec 26.116 étudiants, les Tunisiens (12.390 étudiants) et les Sénégalais (9.407 étudiants).

Voici la liste des universités et établissements supérieurs qui refusent d’augmenter les frais de scolarité

- Université Aix-Marseille
- Université Avignon
- Université Bordeaux Montaigne
- Université Bourgogne
- Université Bretagne Occidentale
- Université Caen
- Université Clermont Auvergne
- Université Champollion
- Université Dijon
- Université Haute-Alsace
- Université La Réunion
- Université Le Havre
- Université Littoral Côte d’Opale
- Université Lorraine
- Université Lyon 1, 2 et 3
- Université Montpellier 3
- Université Nantes
- Université Nice
- Université Nîmes
- Université Paris 10 Nanterre
- Université Paris 13
- Université Paris 5
- Université Paris 7
- Université Paris 8
- Université Paris Sud
- Université Paris Est Marne-la-Vallée
- Université Pau et Pays de l’Adour
- Université Perpignan
- Université Picardie
- Université Poitiers
- Université Reims
- Université Rouen
- Université Saint-Etienne
- Université Savoie Mont-Blanc
- Université Strasbourg
- Université Toulon
- Université Toulouse I, 2 et 3
- Université Tours
- École Normale Supérieure Paris- Saclay
- ENI Tarbes
- INP Toulouse
- INSA Rennes
- INSA Toulouse
- INSA Strasbourg
- INSA Val de Loire
- UPEM
- UT Blefort



A LIRE AUSSI :

0.00014615058898926 Sec