CAN U17: le Cameroun et le Maroc se disputent sur l'âge réel des joueurs - Le360afrique.com

CAN U17: le Cameroun et le Maroc se disputent sur l'âge réel des joueurs

Mise à jour le 22/04/2019 à 12h33 Publié le 22/04/2019 à 11h51 Par De notre correspondant au Cameroun Tricia Bell

CAN U17
© Copyright : DR

#Sports

#Maroc Alors que le président de la Fédération royale marocaine a mis à l'index certains joueurs camerounais à l'issue de la défaite (1-0) des Lionceaux de l'Atlas lors de la 2e journée, la FECAFOOT a, de son côté, laconiquement traité son homologue de mauvais perdant.

Après son match nul (0-0) contre le Sénégal lors de la 3e journée du groupe B, le Cameroun termine en tête de sa poule avec 7 points, lors de la Coupe d'Afrique des nations des moins de 17 ans (CAN U17) qui a lieu en Tanzanie. Outre la qualification pour les demi-finales de la compétition, ce résultat permet également de valider la qualification des Lionceaux pour le Mondial de cette catégorie, qui aura lieu cette année au Brésil.

Cependant, au-delà de ce résultat, c'est la rencontre Cameroun-Maroc (2-1), disputée lors de la 2e journée de la phase de groupe qui a attiré l'attention.

A l'issue de ce match, le président de la Fédération marocaine de football, dont le pays a finalement occupé la dernière place du groupe avec un point glané en trois matchs, s'est fendu de déclarations mettant à l'index l'âge des Lions cadets.

Dans des propos relayés par la presse marocaine, Fouzi Lekjaa, président de la fédération royale marocaine de football, accuse ainsi certains joueurs de la sélection du Cameroun d’avoir fraudé sur leur âge pour participer à ce tournoi.

«L’équipe nationale marocaine a disputé le match face au Cameroun avec un effectif de jeunes joueurs âgés de moins de 17 ans, tandis que l’équipe adverse a fait jouer des joueurs qui ont 23 ans, au moins. C’est scandaleux» a déclaré le président de la Fédération royale marocaine de football sur une radio nationale.


LIRE AUSSI: CAN 2019: fini les polémiques, le Maroc va aider le Cameroun


«La CAF [la Confédération africaine de football, Ndlr] est incapable d’organiser les tournois de jeunes. On a fait un contrôle échantillonnage. On a détecté des tricheries et on a transgressé les lois», critique Fouzi Lekjaa.

Fair-play

Des accusations à peine voilées auxquelles la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) a répondu de façon laconique.

«Les hauts dirigeants du football marocain ont tenu des propos qui tranchent avec l'image du Maroc, grande nation de football, et avec les excellentes relations historiques qui lient le Cameroun et le Maroc. La FECAFOOT, qui ne saurait rester indifférente, range cette sortie médiatique dans le registre du mauvais perdant et considère le fair-play comme une valeur cardinale du sport en général et du football en particulier qui doit être respectée par tous», indique un communiqué signé du secrétaire général de cette instance, Benjamin Banlock.

«Les excellentes relations et l'estime réciproque de la FECAFOOT et de la Fédération royale marocaine de football, unies par la passion du football, ne sauraient être tronquées par de tels raisonnements», ajoute-t-il, sans doute dans une volonté d'apaisement. 

Rappelons qu'à l'issue de tests sous Imagerie par Résonnance Magnétique (IRM) pratiqués en amont sur les joueurs, et destinés à détecter leur âge réel, trois footballeurs de la sélection camerounaise ont été écartés et n'ont pas pris part à la CAN U17 en Tanzanie. Il s'agit de Camal Ryan Moumbagna, Arc-en-Ciel Mintongo Mpal et Aliou Soulemanou Hendji.

Le Sénégal, battu par la Guinée (2-1), a également déposé des réserves contre l'âge de deux joueurs du Sily national.

A LIRE AUSSI :

0.45776581764221 Sec