Vidéo. Mauritanie. Présidentielle: Mohamed ould Maouloud dénonce un coup d'Etat électoral - Le360afrique.com

Vidéo. Mauritanie. Présidentielle: Mohamed ould Maouloud dénonce un coup d'Etat électoral

Mise à jour le 30/06/2019 à 17h31 Publié le 30/06/2019 à 16h44 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

Ould Maouloud
© Copyright : DR

#Politique

#Mauritanie Une dizaine de jours après la tenue du scrutin présidentiel du 22 juin 2019 en Mauritanie, les protagonistes issus des rangs de l’opposition jouent encore les prolongations. Ils récusent la victoire du candidat de la majorité au pouvoir, et continuent de dénoncer un coup d'Etat électoral.

C’est dans ce contexte de crise post-électorale qu’il faut placer un point de presse animé par Mohamed ould Maouloud, candidat malheureux de la Coalition des Forces Démocratiques du Changement (CFDC) au cours de la nuit dernière. 

Le leader de l’Union des Forces du Progrès (UFP) a dénoncé les résultats de ce scrutin et la victoire de Mohamed Cheikh Ahmed Mohamed Ghazouani, candidat de la majorité, comme «un coup d’Etat électoral».

Lundi dernier, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), a annoncé des résultats officiels provisoires donnant la victoire à Ghazouani, ancien chef d’état-major, ex-ministre de la Défense et compagnon depuis une quarantaine d’années du président sortant, Mohamed ould Abdel Aziz, avec 52,01% des suffrages.

Mohamed ould Maouloud a quant à lui obtenu de 2,46% des suffrages selon la CENI. 


Les  quatre candidats de l’opposition ont introduit des recours «pour fraude» auprès du Conseil constitutionnel et demandent
l’annulation du scrutin. La décision cette haute juridiction est attendue la semaine prochaine.

Les 3 autres candidats qui contestent ces résultats sont Biram Dah Abeid (indépendant-leader abolitionniste), Sidi Mohamed ould Boubacar (indépendant-ancien Premier ministre) et Kane Hamidou Baba de la Coalition Vivre-Ensemble (CVE).


LIRE AUSSI: Mauritanie: deux candidats ont déposé un recours auprès du Conseil constitutionnel


Pour la Coalition des Forces Démocratiques du Changement, «ces résultats ne trompent personne. Ils sont le produit machiavélique d'officines occultes de la fraude, érigées en système de gouvernance par le pouvoir en place. Cette forfaiture, qui dépasse l’entendement, rappelle le sort indigne réservé aux candidats de l’opposition à l’élection présidentielle du 18 juillet 2009».

Ces candidat, rappelle ce parti, étaient à l’époque Messaoud ould Boulkheir, Ahmed ould Daddah et feu Ely ould Mohamed Vall, ancien chef
de l’Etat.


LIRE AUSSI: Mauritanie. Crise post-électorale: le porte-parole du gouvernement atténue la sortie du ministre de l'Intérieur


Par ailleurs, dénonce Ould Maouloud, «dans sa fuite en avant, pour faire passer la fraude, le pouvoir tente d’étouffer les protestations légitimes des électeurs en instaurant un état de siège qui ne dit pas son nom et en créant un climat de psychose par une propagande à caractère ethnique sans fondement».

Le candidat malheureux a également exigé la libération sans condition de Samba Thiam, leader des Forces Progressistes pour le  Changement (FPC), issues des anciennes Forces de Libération Africaine de Mauritanie (FLAM) ainsi que de toutes les personnes arrêtées dans le cadre de la gestion de l'actuelle crise post-électorale.

A LIRE AUSSI :

0.4603111743927 Sec