Vidéo. Mauritanie: réactions après le sommet du G5 Sahel - Le360afrique.com

Vidéo. Mauritanie: réactions après le sommet du G5 Sahel

Mise à jour le 04/07/2020 à 16h00 Publié le 04/07/2020 à 15h58 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

Réactions après la tenue du G5 Sahel
© Copyright : Le360/ Cheikh Sidya

#Politique

#Mauritanie Nouakchott a accueilli un sommet des chefs d’Etats du G5 Sahel mardi dernier, en présence du président français, Emmanuel Macron, malgré le contexte de pandémie de Covid-19, qui ne semble pas avoir atteint son pic en Afrique.

Organisation dédiée à la lutte contre le terrorisme et la coordination des efforts de développement, le G5 Sahel regroupe le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

Le conclave de Nouakchott a fait le point sur la lutte contre le terrorisme dans le Sahel, 6 mois après le sommet de Pau (sud de la France), dans un contexte de succès militaires réels, mais qui n’ont pas anéanti la capacité de nuisance des groupes terroristes armés (ou GTA).


>>>LIRE AUSSI: Mauritanie. G5 Sahel: vives inquiétudes des chefs d'État au sujet de l’insécurité et des conséquences du Covid-19

Khalil ould Dédé, député de l’Union des Forces de Progrès (UFP/opposition), salue le fait que la Mauritanie ait organisé en toute tranquillité, la rencontre. Ce qui est en soi, un succès.

Toutefois, cet élu note que la problématique de l’insécurité au Sahel, spirale intégriste venant du Sahara depuis 2012, reste un véritable cancer dont les conséquences néfastes gagnent du terrain.

Ainsi les actions de certaines armées régulières, s’en prenant à des populations civiles, des communautés, sans l’alliance desquelles la lutte contre le terrorisme n’a aucune chance d’aboutir sur le terrain.


>>>LIRE AUSSI: G5 Sahel: un sommet des chefs d'État avec Macron à Nouakchott

Une triste réalité qui matérialise la faillite de l’Etat de droit dans plusieurs pays de la région.

Le député dénonce vivement la stigmatisation des communautés peules, qui prouve que les gouvernements n’agissent pas dans l’intérêt des peuples.

Ahmed Cheikh, directeur de publication de l’hebdomadaire Le Calame, salue également un succès diplomatique, qu’il relativise toutefois, en considérant notamment que cela ne remplit pas les poches.

Il note que les chefs d’État du G5 Sahel ont effectivement réitéré la demande d’annulation de la dette, dans le cadre des mesures de relance de l’économie post-pandémie de Covid-19, mais reste sceptique quant aux résultats de la démarche.

Le journaliste plaide vivement en faveur d’une enquête transparente et crédible, sur les graves allégations de massacres de civils par les armées de certains pays du G5 Sahel.


>>>LIRE AUSSI: Sahel. Terrorisme: les enjeux du sommet entre Macron et les cinq chefs d'Etat du G5

Pour sa part, Cheikhany ould Cheikh, président de l’Association mauritano-marocaine pour la défense de l’unité  du Maghreb (AMMUM) a commencé par présenter ses condoléances, suite au décès de la fille du chef historique de la Fayda Tijane, Cheikh Ibrahima Niass.

Il félicite le président mauritanien pour le succès diplomatique, et appelle à un élargissement du G5 Sahel à des pays frères tels que le Sénégal et le Maroc, dont le destin commun avec le Sahel, fait qu’ils sont concernés par la lutte contre le terrorisme.

 

A LIRE AUSSI :

0.39099097251892 Sec