Afrique. Flux financiers illicites: jusqu'à 50 milliards de dollars perdus par an - Le360afrique.com

Afrique. Flux financiers illicites: jusqu'à 50 milliards de dollars perdus par an

Mise à jour le 29/05/2019 à 23h01 Publié le 28/05/2019 à 12h34 Par Le360 Afrique avec agences

dollars US
© Copyright : DR

#Economie

#Sénégal Les flux financiers illicites pourraient faire perdre à l’Afrique plus de 50 milliards de dollars Us par an, a affirmé lundi Hatem Fellah, agronome principal au bureau régional du groupe de la Banque africaine de développement (BAD) au Sénégal.


"Les estimations sur les flux financiers illicites sont très disparates en raison des différences de méthodologie. Selon les estimations actuelles, l’Afrique pourrait perdre plus de 50 milliards de dollars américains par an dans les flux financiers illicites", a notamment dit Hatem Fellah, un expert de la Banque africaine de développement, selon l'Agence de presse sénégalaise (APS). 

Il s’exprimait à Saly-Portudal (Mbour, ouest) lors d’un atelier organisé par le groupe de la BAD, en partenariat avec le Groupe inter-gouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest (GIABA).


>>>LIRE AUSSI: Les flux financiers illicites font perdre 100 milliards de dollars par an à l'Afrique

Cette rencontre destinée aux parlementaires lusophones des pays membres régionaux, est axée sur la problématique des flux financiers illicites en provenance d’Afrique.


Selon Hatem Fellah, la perte de 50 milliards de dollars causée à l’Afrique correspond environ au même montant que l’investissement total ou l’envoi total de fonds des migrants et est légèrement supérieure à l’aide publique au développement (APD).

"Mais, ces estimations pourraient bien être inférieures aux sorties réelles, car il n’existe pas de données précises pour tous les pays africains, et certaines formes distinctes de flux financiers illicites sont inclues et donc difficiles à suivre et encore moins à estimer", a-t-il fait remarquer.


>>>LIRE AUSSI: Des journalistes africains initiés aux enquêtes sur les flux financiers illicites (FFI)

Il a souligné le caractère fondamental du rôle des parlementaires dans la promotion de la relance économique et du développement durable.

"Les parlementaires ont le mandat constitutionnel de superviser les gouvernements et de leur demander des comptes, mais ils jouent un rôle primordial dans la promotion d’une bonne gouvernance économique et financière grâce à un contrôle efficace du budget et de la gestion des dépenses publiques", a-t-il souligné.

Il révèle que la BAD a élaboré un cadre stratégique et un plan d’action dans le cadre de la lutte contre les flux financiers illicites sur le continent.

D’après lui, le premier pilier de cette stratégie repose sur le renforcement des capacités des pays membres régionaux et des communautés économiques régionales à lutter contre ce phénomène.

A LIRE AUSSI :

0.38928508758545 Sec