Qui va hériter de la grande maison ou du mobilier Louis XIV? | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Karim Boukhari
© Copyright : DR

Qui va hériter de la grande maison ou du mobilier Louis XIV?

Par Karim Boukhari le 10/10/2020 à 09h59

Si l’artiste mendie, jetez-lui une pièce ou passez votre chemin, mais laissez cela entre vous et lui. S’il vous plait!

aA

Les enveloppes accordées aux artistes ont créé un bad buzz, c’est-à-dire une polémique aux relents très négatifs. Le mot «enveloppes» peut lui-même créer une confusion… Alors, retirons-le et parlons plutôt de «soutiens».

 

L’idée de soutenir les artistes en temps de crise est bien sûr louable. Même si, entre nous, le soutien doit être permanent. Mais il faut faire attention: le soutien doit aller à la création et non au panier de pain.

 

Il faut en finir avec l’idée que l’artiste n’a rien à manger. Il faut évacuer cette image archaïque de l’artiste / mendiant / pleureuse, qui attend l’aumône pour acheter le lait en poudre pour son bébé ou un médicament pour soigner son cerveau malade.

 

Si l’artiste mendie, jetez-lui une pièce ou passez votre chemin, mais laissez cela entre vous et lui.

 

Parlons art s’il vous plait, parlons création, culture, projet, parlons de ces choses (cinéma, musique, littérature, peinture, théâtre…) qui font que la vie vaut d’être vécue.

 

En période de crise générale, les gens ont plus que jamais besoin d’art et de culture. Il n’y a pas que le pain qui les maintient en vie. Ils ont besoin à la fois de réfléchir et de se divertir (arrêtons s’il vous plait avec l’idée stupide que le divertissement est un accessoire de luxe).

 

Les gens n’ont pas besoin de savoir que tel artiste mange à sa faim. Quand ils vont chez le médecin, ils ne lui demandent pas son relevé bancaire, mais des soins et un traitement. 

 

Le bad buzz né de l’initiative du jeune ministre de la Culture est peut-être le résultat d’une mauvaise communication qui a mis en avant les artistes, c'est-à-dire les personnes, aux dépens des projets dont ils sont porteurs. Cette confusion a entrainé une série de polémiques stériles: pourquoi tel et pas tel? Pourquoi donner aux riches? Pourquoi ignorer tel artiste qui a tant donné et qui est dans le besoin? Pourquoi donner seulement à ceux qui ont une carte (d’artiste)? Qui est artiste et qui ne l’est pas?

 

C’est du non-débat. Cela ressemble aux querelles familiales qui suivent la mort d’un riche propriétaire: voyons, qui va hériter de la grande maison ou du mobilier Louis XIV?

 

Les enveloppes, pardon les soutiens qui vont aux artistes, sont de l’argent public, récolté auprès du contribuable. Cet argent n’a rien à voir avec les fonds d’entraide et de prévoyance sociale.

 

Cet argent doit servir l’art, et rien que l’art, c'est-à-dire la création, les projets. N’en faites pas un agrément de plus (le syndrome «grimates») qui va aux chasseurs de primes professionnels.

 

Quant aux artistes dans le besoin, il y a d’autres moyens de leur venir en aide. Et sans le crier sur tous les toits, n’est-ce pas!