"Adam" de la réalisatrice Mariam Touzani en compétition à Carthage | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
meryem touzani
© Copyright : DR

"Adam" de la réalisatrice Mariam Touzani en compétition à Carthage

Par Le360 (avec MAP) le 31/10/2019 à 16h39

Le film marocain "Adam" de la réalisatrice Mariam Touzani a été projeté, mercredi à Tunis, dans le cadre de la compétition officielle de la 30è édition des Journées Cinématographiques de Carthage (JCC).

aA

 

Le film, dont la projection s'est déroulée en présence de l'ambassadeur du Maroc à Tunis, Hassan Tarik et d'un grand nombre de critiques marocains et étrangers, traite de la situation des femmes célibataires à travers l'histoire d’une rencontre inattendue dans la médina de Casablanca entre Samia, une mère célibataire, enceinte, suite à une relation hors mariage, qui arrive de la campagne pour faire adopter son enfant et Abla, une jeune veuve, qui se bat pour vivre avec sa petite fille Warda de 8 ans.

 

Premier long-métrage de Maryam Touzani, "Adam", qui a décroché l'étoile de Bronze de l'édition 2019 du Festival d'El Gouna (19-27 septembre en Egypte), donne à apprécier une oeuvre artistique complète et gorgée de valeurs et de sentiments humanistes.

 

D'une simple rencontre fortuite entre les deux femmes, la réalisatrice et scénariste, Maryam Touzani invite les cinéphiles à découvrir comment Samia a réussi à aider Abla à briser le mur du silence et du chagrin et à l'extirper de son passé douloureux, suite au décès de son mari.

 

Abordant la souffrance de la femme sans se montrer agressieve à l'encontre de l'homme et loin du traitement classique des conflits sociétaux, ce long-métrage, qui met en vedette Loubna Azabal et Nisrin Erradi, avait représenté le Maroc dans la section "Un Certain Regard" lors de la 72è édition du Festival de Cannes.

 

Deux autres films marocains sont également sélectionnés pour prendre part à "Carthage Pro", un espace dédié à la créativité et la découverte de nouveaux talents dans le cadre des JCC.

 
Il s’agit du film "MICA" d’Ismail Ferroukhi et du Long-métrage documentaire "Mensonge originel " d’Asmae El Moudir qui participent du 28 au 30 octobre, respectivement aux ateliers "Takmil" et Chabaka" qui accueillent des films de fiction et documentaires, africains et arabes, en phase de post-production ou en phase de développement.
 
 
Les cinéastes et producteurs sélectionnés rencontreront des professionnels de l’industrie cinématographique internationale pour présenter leurs films à un jury qui devra attribuer des bourses d’aide à la finition aux lauréats.
 
 
Lancée en 2015, la plateforme "Carthage Pro" des JCC, qui a pour mission d’établir une connexion entre les cinéastes africains et arabes avec des professionnels de l’industrie mondiale, à travers des ateliers et diverses activités et rencontres thématiques, se compose de cinq sections en l'occurrence "Chabaka", "Takmil", les "MasterClass", "La Conférence Internationale" et "Carthage Talks".
 
 
Au line-up de cette édition 2019 des JCC figure une sélection de 170 films dont 44 en compétition officielle parmi lesquels figurent 24 longs-métrages et courts-métrages de fiction en plus de 12 longs-métrages et 8 courts documentaires.
 
 
 
D'après Lamia Belkaied Guiga, déléguée générale artistique de cette manifestation, ces Journées Cinématographiques de Carthage sont marquées par la participation d’un grand nombre de films qui reflètent les tournants initiés par l’image en mutation, et accompagneront cette créativité moderne sculptée par la nouvelle génération de l’ère du numérique et les avancées technologiques qu’elle porte.
 
 
En s’intéressant à toutes les étapes de création de ces œuvres, de la conception à la diffusion, cette nouvelle édition mettra en avant l’extraordinaire potentiel des faiseurs d’images nourris aux nouvelles technologies.
 
 
Elle précise que l'édition 2019 prendra le tournant numérique à bras le corps, en accompagnant les nouvelles tendances qui se sont manifestées ou se sont imposées au paysage cinématographique, avec un langage artistique, à la fois authentique et varié, participant ainsi pleinement à l’évolution du cinéma dans le monde.