Le360 Actualités Maroc

ع
cover: La nuit des Musées et des espaces culturels à Casablanca

Retour sur la première Nuit des musées et des espaces culturels, à Casablanca, mercredi 22 juin 2022.

© Copyright : Khadija Sabbar/ Le360

Carton plein pour la première Nuit des musées et des espaces culturels à Casablanca

Par Qods Chabâa et Khadija Sabbar le 23/06/2022 à 15h08

A Casablanca, la Nuit des musées et des espaces culturels, qui a eu lieu hier mercredi 22 juin 2022, entre 18h00 et minuit, a remporté un véritable succès. Organisé par la Fondation nationale des musées, la Fondation Jardin Majorelle et le ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, cet évènement est porteur d'espoir.

aA

Mercredi 22 juin 2022. C'est la première Nuit des musées et des espaces culturels au Maroc. En tout, quarante espaces ont été sélectionnés dans plusieurs villes du Royaume, par les organisateurs et à leur tête la Fondation nationale des musées, pour intégrer le parcours nocturne ouvert de 18h00 à minuit.

 

A Casablanca, ce sont neuf établissements qui ont ouvert leurs portes et Le360 a fait sa tournée dans trois d'entre eux: L’Atelier 21, la Villa des arts et le musée Abderrahman Slaoui.

 

Force est de constater que le public était au rendez-vous. «Nous sommes agréablement surpris. Nous ne nous attendions pas à ce flux impressionnant. A 18h00, alors que nous nous apprêtions à démarrer l’évènement, il y avait un monde fou qui attendait l’ouverture des portes», déclare Amine Serhane, médiateur culturel au musée Abderrahmane Slaoui.

 

Du côté de la Villa des arts, sur le boulevard Roudani, c’est carton plein. Les étudiants, tout droit sortis des lycées avoisinants, dont Jaber Ibnou Hayane, tout juste après avoir fini leur dernière épreuve du baccalauréat 2022, se sont déplacés en groupe, entre camarades, pour visiter l’exposition collective «Grain de Sable» qui s'achève le 30 juin 2022.

Première nuit des musées et des espaces culturels au Maroc

 

Pour ce jeune étudiant rencontré sur place et qui a accepté de témoigner face caméra pour Le360, c’est la première fois qu’il met les pieds dans une galerie d’art et il en est complètement ravi.

 

Inscrit dans la filière arts appliqués et grand passionné de bande dessinée, nous souffle un de ses amis, ses enseignants en la matière n’ont visiblement jamais organisé des visites guidées d’exposition pour leurs étudiants.

 

«Pour cette exposition, nous avons été informés sur internet et étant donné que la Villa des arts est proche de notre école, nous sommes venus découvrir…», ajoute la même source.

 

Nabil Bahyaha, chargé des expositions à la Villa des arts de Casablanca s’est montré enthousiaste à la vue de tous ces étudiants venus fouler le sol de cet espace durant cette première Nuit des musées et des espaces culturels. «Nous sommes très heureux de voir autant d’étudiants, cela fait chaud au cœur», a-t-il souligné.

Rabat: inauguration en grande pompe de la première nuit des Musées, sous la présidence de Aziz Akhannouch

 

Du côté de la galerie d'art L’Atelier 21, au quartier Maârif, où se tient l’exposition de street-art «La ville devant soi», le public est aussi au rendez-vous. Aouina, l’un des artistes de cette exposition collective, a réalisé une performance live. Devant les regards impressionnés des spectateurs, son aérographe à la main, il a peint une toile en direct.

 

Fatim Zahra-Ammor était également de la partie. Dans une déclaration pour Le360, la ministre du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Economie sociale et solidaire, a fait part de l’intérêt de la Nuit des musées et de son rôle pour développer le tourisme culturel au Maroc. «J’ai pris part à l’inauguration officielle de la Nuit des musées à Rabat et j’ai tenu à venir à Casablanca également pour, découvrir jusqu’à quel point cet évènement a connu une présence remarquable».

 

La belle adhésion du public à cette première nuit des Musées et des espaces culturels du mercredi 22 juin 2022, constatée de visu à Casablanca, est signe d’optimisme et porte à croire que l’idée ambiante sur le manque d’intérêt envers la chose culturelle n’est finalement pas totalement vraie.