Covid-19. Indemnités pour perte d’emploi: quid des artistes? | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Othman El Ferdaous, ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports

Othman El Ferdaous, ministre de la Culture, de la jeunesse et des sports. 

© Copyright : DR

Covid-19. Indemnités pour perte d’emploi: quid des artistes?

Par Qods Chabaa le 23/04/2020 à 09h33 (mise à jour le 23/04/2020 à 09h34)

En l'absence d'un dispositif spécial, plusieurs artistes marocains ont déposé leurs dossiers pour bénéficier des aides du Fonds Covid-19 consacré aux «non-ramédistes». Mais il y a du nouveau à l'horizon. Explications.

aA

Les artistes n’ont pas de revenu stable. C’est une réalité partout dans le monde, et qui est de plus en plus d’actualité. Depuis que l’état d’urgence sanitaire a été décrété, imposé par la pandémie de Covid-19 et tout ce qui s’en suit, bien des Marocains ont perdu leur emploi. Des artistes aussi.

 

Le Fonds Covid-19 n’a pas prévu d’aide particulièrement destinée à cette catégorie. «Pour l’instant, il n’y a pas d’aide spécialement dédiée aux artistes marocains, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de réflexion en ce sens», confie Mohamed Benyaacoub, de la division des Arts au ministère de la Culture, de la jeunesse et du sport. 

Aides financières Covid-19: les inscriptions ouvertes aux non ramedistes dès demain vendredi 

 

Les aides aux ménages concernent trois catégories sociales: les salariés déclarés à la CNSS, ceux qui sont inscrits au Ramed (les «ramédistes») et enfin les «non-ramédistes». C’est-à-dire tout le secteur informel qui ne bénéficie d’aucune couverture sociale. Pour cette dernière catégorie, les indemnités sont versées à partir de ce jeudi 23 avril. Les montants varient entre 800 dirhams pour les ménages d’au moins deux personnes à 1200 dirhams pour les ménages composés de quatre personnes et plus. Comptez 1000 dirhams pour les ménages composés de 2 à 3 membres.

 

Selon Messouad Bouhssine, président du Syndicat national des professionnels du théâtre, en l’absence d’alternative, plusieurs artistes ont déposé leurs dossiers pour recevoir cette aide spéciale «non-ramédistes». « La majorité des artistes travaillent avec une patente, ils ne sont pas déclarés à la CNSS. Nous avons donc suggéré à plusieurs personnes dont la situation financière est au plus vas de se diriger vers l’aide des “non-ramedistes”», déclare ce professionnel pour Le360.

 

Depuis l’avènement, il y a deux semaines, du nouveau ministre Othman El Firdaouss, ce sujet est quotidiennement au centre de ses réunions de travail. Certains y voient une réaction au courrier du 10 mars envoyé par le syndicat au Chef de gouvernement, et dans lequel sont évoqués plusieurs problèmes liés à la situation des artistes. «Bien avant le confinement, il y avait déjà plusieurs problèmes liés au retard dans le versement des subventions du ministère de la Culture. Nous avons pensé qu’il fallait anticiper, et alerter le Chef du gouvernement», ajoute un homme de théâtre ayant préféré garder l’anonymat.

Bons plans. Expos, films et opéra: la culture s’invite gratuitement chez vous

 

A l’heure où nous mettions en ligne, la question des subventions serait en train d’être réglée, nous confie Mohammed Benyaacoub. Il déclare qu’un budget de 18 millions de dirhams a été débloqué pour verser les deuxième et troisième tranches des subventions de 2019. «Il y avait un retard à cause de la procédure, très complexe. Mais face à cette nouvelle situation imposée par l’état d’urgence sanitaire, nous avons décidé de fluidifier les démarches afin de verser les aides aux artistes dans les trois catégories: théâtre, musique et arts plastiques. Et depuis le 10 avril, nous effectuons des virements pour les porteurs de projets», poursuit notre source.

 

Une autre initiative a également été lancée par les maisons de la Culture dans tout le Maroc, pour que les artistes continuent à bénéficier d’un revenu en cette période de confinement. Il s’agit de spectacles, concerts, pièces de théâtre, etc. diffusés en live sur internet. Ainsi, à Casablanca, la direction régionale de la Culture démarre son programme sur sa page Facebook à partir du 25 avril. «Un budget a été consacré et mis à la disposition de toutes les maisons de la Culture, qui se chargeront à leur tour de le reverser aux artistes», souligne Mohamed Benyacoub.