Culture: le bureau de Mohamed Laâraj croule sous les dossiers | www.le360.ma

ع
laarej
© Copyright : DR

Culture: le bureau de Mohamed Laâraj croule sous les dossiers

Par Qods Chabaa le 11/04/2017 à 12h31

Mohamed Laâraj, le nouveau ministre de la Culture et de la Communication, est très attendu sur certains dossiers chauds notamment en matière de développement des industries culturelles.

aA

Mohamed Laâraj, ministre de la Culture et de la Communication a pris ses quartiers à Rabat. Juriste de formation est le patron des deux départements qui ont fusionné, une expérience que le Maroc a déjà connue.

 

C’était en 2004, sous le mandat de Mohamed Achaari, alors ministre de la Culture et de la Communication. «A sa nomination en 2002, Achaari possédait uniquement le portefeuille de la culture et après un remaniement ministériel on lui a greffé le portefeuille de la communication mais cela n’a pas duré longtemps», précise une source au cabinet de Mohamed Amine Sbihi, ancien ministre de la Culture sous le gouvernement Benkirane, dans une déclaration à le360.

 

Cette même source précise qu’il y a plusieurs chantiers urgents qui attendent Mohamed Laâraj sur son bureau du ministère de la Culture. Premier chantier: celui des infrastructures culturelles. «Il y a un manque viscéral en matière de complexes culturels, d'espaces de culture, de galeries d’arts, de théâtres, etc.. », rappelle notre source.

 

L'autre dossier important consiste en la création d’un fonds d’action culturelle. «La subvention du ministère de la Culture destinée aux arts littéraires, musicaux, cinématographiques, plastiques et chorégraphiques ne doit plus être ponctuelle. La mise en place d'un fonds permanent aidera au financement de ces secteurs sur la base d'un programme établi sur la durée», estime un des membres de l’équipe sortante au ministère de la Culture.

 

Portrait. Mohamed Laâraj, un juriste à la tête de la Culture et de la Communication

 

Autres dossiers urgents: renforcer la couverture sociale des artistes en injectant plus d’argent dans la Mutuelle nationale des artistes (MNA), élaborer les textes d’application relatifs au statut de l’artiste et renforcer le volet social en instaurant un régime de retraite pour les artistes. Tout un programme.