Donation: "Archives du Maroc" s'enrichit d'un nouveau fonds documentaire | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
archives du Maroc
© Copyright : DR

Donation: "Archives du Maroc" s'enrichit d'un nouveau fonds documentaire

Par Le360 (avec MAP) le 11/02/2021 à 08h58

L'institution Archives du Maroc a annoncé qu'elle abritait désormais les œuvres de feu Sidi Mohamed Ben Moulay Ahmed El Amrani (1917-2018), composées de plus de 500 documents.

aA

Consciente de l'importance des archives familiales dans l'enrichissement des archives du Maroc, la professeure Lalla Safia El Amrani (de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Marrakech) a confié, à titre gracieux, à l'institution Archives du Maroc, plus de 500 documents qui seront inventoriés, sauvegardés et mis à la disposition des chercheurs sous le thème "Les œuvres de Fqih Sidi Mohamed Ben Moulay Ahmed El Amrani", indique l'institution dans un communiqué.

 

Ces documents, fait-on savoir de même source, comprennent, entre autres, un ensemble de contrats adouliens portant sur différentes transactions commerciales de la famille El Amrani dans la région de Dadès et Draâ, en plus de documents qui concernent notamment le partage de l'héritage, la vente l'achat, ou encore un arbre généalogique.

 

Ces documents historiques ont été rassemblés par feu Fqih Sidi Mohamed Ben Moulay Ahmed El Amrani, né dans la Zaouia de son grand-père Abi Omrane Moussa El Idrissi, dans laquelle il a appris la lecture, l'écriture et la mémorisation du Coran, poursuit le communiqué.

La galerie des Archives du Maroc accueille une exposition dédiée à l'histoire de Casablanca 

 

L'institution a relevé que la relation d'Ahmed El Amrani avec la documentation et l'histoire a été renforcée, dans la mesure où il veillait à rassembler et à préserver tous les documents, devenant un spécialiste de la lecture et du déchiffrement de leur contenu, ce qui a fait de lui un expert et une référence auprès des tribunaux de la charia à Ouarzazate, notamment dans les affaires liées aux tribus et aux familles.

 

Il a aussi assuré la traduction de l'arabe vers l'amazigh, ou l'inverse, aux tribunaux de Ouarzazate et Marrakech, pendant plus de trois décennies (1950-1980).