Journée de l’Europe: Majid Bekkas revisite l’Hymne à la joie, façon Gnaoua | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Journée de l'Europe

Affiche du  #StayHomeConcert, à retrouver samedi 9 mai à 20h30 sur les réseaux sociaux de l’Union européenne.

© Copyright : DR

Journée de l’Europe: Majid Bekkas revisite l’Hymne à la joie, façon Gnaoua

Par Khalil Ibrahimi le 08/05/2020 à 16h00

À l’occasion de la Journée de l’Europe, l’artiste marocain Majid Bekkas, le «magicien des rencontres musicales», revisitera l’Hymne à la joie, en lui donnant une sonorité gnaoua. La performance sera retransmise samedi 9 mai à 20h30 sur les réseaux sociaux de l’Union européenne.

aA

Chaque année, le 9 mai, la Journée de l'Europe commémore la «déclaration Schuman», considérée comme le texte fondateur de l'Union européenne, et donne lieu à une fête célébrée dans tous les Etats membres. Elle est aussi l'occasion d'interpréter l'hymne européen, à savoir l’Hymne à la joie, composé en 1823 par Ludwig van Beethoven. Cette année, Majid Bekkas donnera à cette composition musicale des sonorités gnaoua lors d'un concert exceptionnel.

 

En raison du confinement, la performance sera retransmise lors d’un #StayHomeConcert le samedi 9 mai à 20h30 (heure marocaine) sur les réseaux sociaux de l’Union européenne, à savoir sur Facebook, Instagram, Twitter et YouTube.

 

L'art Gnaoua inscrit au patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO 

 

«Je suis heureux de pouvoir participer à cette célébration et je le fais en revisitant l’Hymne à la joie sur des mélodies du patrimoine musical marocain que j’ai l’honneur de représenter», a déclaré Majid Bekkas.

 

Cette interprétation rappelle que la musique n’a pas de frontières et qu’elle peut parler un langage universel.

 

Rappelons que l'Hymne à la joie est le dernier mouvement de la symphonie n°9 de Beethoven et met en musique l'«Ode à la joie», poème écrit en 1785 par Friedrich Schiller sur le thème de la fraternité. 

 

L'hymne européen, quant à lui sans paroles, a déjà connu des versions hip-hop, techno, jazz et trance. Sous la férule de Majid Bekkas, une version gnaoua viendra s’ajouter à toutes les adaptations. Le guembri, les karkabous et le tbel remplaceront les instruments classiques.

 

Vidéo. Les Gnaouas au patrimoine mondial de l’UNESCO: les artistes chantent et dansent leur joie

 

Majid Bekkas

Musicien multi instrumentaliste, compositeur, interprète et ancien professeur au Conservatoire national de musique de Rabat, Majid Bekkas est né et vit toujours à Salé. Il a appris la musique gnaoua grâce à maître Ba Houmane, un «maallem» (maître) gnaoui de Salé dans les années 60, avant de former son propre groupe. Depuis, il revisite le patrimoine musical marocain et en y intégrant ds sonorités blues et jazz. Il est depuis 1996, le directeur artistique du festival Jazz au Chellah, organisé par l’Union européenne en partenariat avec le ministère marocain de la Culture.

 

Son talent et sa capacité à créer des métissages musicaux inédits lui ont valu le titre de «magicien des rencontres musicales» par la presse. Il a collaboré avec les plus grands noms du jazz mondial tels que Pharoah Sanders, Archie Shepp, Joachim Kühn, Louis Sclavis et bien d’autres. Plusieurs de ses albums ont été primés. C'est le cas de «Mogador», «Out of the Desert», «Chalaba», «Kalimba» et «Al Qantara». Son dernier opus, «Magic Spirit Quartet», est sorti en janvier 2020.