Mostra de Venise: Une édition alléchante | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Venise

Catherine Deneuve et sa fille, à la Mostra de Venise. L'actrice française joue, aux côtés de Charlotte Gainsbourg, Benoît Poelvoorde et Chiara Mastroianni dans «Trois Coeurs», de Benoît Jacquot, en compétition officielle.

© Copyright : DR

Mostra de Venise: Une édition alléchante

Par Bouthaina Azami (Twitter) le 28/08/2014 à 16h45

La 71e Mostra de Venise s’est ouverte pour régaler, jusqu’au 6 septembre, les amoureux du 7e art. Il faut dire que le programme est aussi riche qu’alléchant, avec 20 films en compétition officielle pour le Lion d’Or.

aA

La 71e Mostra de Venise s’est ouverte, mercredi 27 août pour régaler, jusqu’au 6 septembre, les amoureux du 7ème art.  Il faut dire que le programme est aussi riche qu’alléchant, avec 20 films en compétition officielle pour le Lion d’Or. Le film "Birdman", d’Alejandro Gonzales Inarritu, a ouvert le festival avec un grand Michael Keaton dans le rôle d’un acteur sur le retour qui ne supporte pas sa déchéance et s'acharne à renouer avec la célébrité.

 

 

 

 

 

 

 

 

A propos d’acteur, cette 71eMostra de Venise sera marquée par la présence d’un monstre sacré du cinéma: Al Pacino revient, en effet dans deux films, à savoir "Manglehorn", de David Gordon Green, en compétition officielle, et "The Humbling", de Barry Levinson, hors compétition. A noter, aussi, une belle présence du cinéma français, avec pas moins de 4 films sélectionnés en compétition officielle, soit "Le dernier coup de marteau" d'Alix Delaporte, "Trois coeurs" de Benoît Jacquot "Loin des hommes" de David Oelhoffen, et "La rançon de la gloire" de Xavier Beauvois.  Le cinéma italien sera de même bien représenté, avec «Anime nere» de Francesco Munzi, "Hungry hearts", de Saverio Costanzo et "Il giovane favoloso" de Mario Martone.

Le réalisateur japonais Shinya Tsukamoto reviendra quant à lui, dans "Fire on the plain", sur les lendemains de la seconde Guerre Mondiale, tandis qu’Andrew Nicol mettra en scène, dans "Good Kill", un pilote de chasse qui combat les talibans et se trouve confronté à la question de savoir à quel point il ne contribue pas lui-même à nourrir le terrorisme. Beau programme, donc, dans lequel figure un film dont le public attend la projection avec impatience: "Pasolini", d’Abel Ferrara. Tout aussi impatiemment attendu: "The Cut", de Fatih Akin, qui vient clore la trilogie de la vie d’un survivant au génocide arménien.

Par ailleurs, si le cinéma iranien est représenté en compétition officielle par "Ghesseha" ("Tales") de Rakhshan Bani E'temad, il sera aussi présent, hors compétition, avec l’un de ses plus prestigieux représentants: le grand Emir Kusturica qui signe, avec Amos Gitai, "Words with Gods". Des bijoux sont ainsi attendus aussi bien dans la sélection officielle que dans les films proposés hors compétition.  

 

 

La sélection officielle :

- "Birdman" (film d'ouverture) de Alejandro Gonzales Inarritu (États-Unis)

- "The Cut" de Fatih Akin (Allemagne-France-Italie-Turquie)

- "En duva satt pa en gren och funderade aa tillvaro" ("A pigeon sat on a branch reflecting on existence") de Roy Anderson (Suède-Allemagne-Norvège)

- "99 homes" de Ramin Bahrani (États-Unis)

- "Le dernier coup de marteau" d'Alix Delaporte (France)

- "Pasolini" d'Abel Ferrara (France-Belgique-Italie)

- "La rançon de la gloire" de Xavier Beauvois (France-Belgique-Suisse)

- "Hungry hearts" de Saverio Costanzo (Italie)

- "Ghesseha" ("Tales") de Rakhshan Bani E'temad (Iran)

- "Manglehorn" de David Gordon Green (États-Unis)

- "Trois coeurs" de Benoît Jacquot (France)

- "The Postman's White Nights" de Andrej Konchalovsky (Russie)

- "Il giovane favoloso" de Mario Martone (Italie)

- "Sivas" de Kaan Müjdec (Turquie)

- "Anime nere" di Francesco Munzi (Italie-France)

- "Good Kill" de Andrew Niccol (États-Unis)

- "Loin des hommes" de David Oelhoffen (France)

- "The Look of Silence" de Joshua Oppenheimer (Danemark-Finlande-Indonésie-Norvège)

- "Nobi" ("Fires on the Plain") de Shinya Tsukamoto (Japon)

- "Chuangru Zhe" ("Red Amnesia") de Wang Xiaoshuai (Chine)