Vidéo. Agadir: Abderrahmane Bouihlougat, l’homme qui dessine sur le sable | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
cover: أول فنان مغربي يرسم لوحات ساحرة بشواطئ المملكة
© Copyright : le360

Vidéo. Agadir: Abderrahmane Bouihlougat, l’homme qui dessine sur le sable

Par Mohand Oubarka le 02/01/2021 à 17h40 (mise à jour le 02/01/2021 à 18h53)

Ce jeune artiste de 31 ans a entrepris une démarche peu commune au Maroc, en dessinant des tableaux géants sur les plages. Rencontré par Le360, il nous fait part de ses débuts, de son inspiration, de ses ambitions…

aA

Abderrahmane Bouihlougat est l’un des tout premiers au Maroc à utiliser cette forme d'expression originale. En effet, depuis 2014, ce jeune artiste gadiri dessine de belles et immenses formes géométriques sur le sable des plages, et ce avec une grande précision. Ce qui n’est pas sans laisser admiratif son public.

 

«C’est en voguant sur le Net que j’ai découvert cet art. J’ai vu des artistes peindre des tableaux sur les plages. Etant fou amoureux de la mer, j’ai eu envie de me lancer dans le bain», confie devant Le360 Bouihlougat.

 

Dès le début, les proches et les amis auxquels il confie son projet l'encouragent vivement à tenter l'aventure. Certains d'entre eux l’ont même accompagné lors de la réalisation de sa première œuvre sur la plage d’Imsouane. Par la suite, l’artiste a dessiné sur plusieurs autres plages du sud du Royaume. 

 

Vidéo. Asilah: comment une famille d’artistes a orné les murs de la ville

 

Ses travaux lui ont valu d’être reconnu à l’international. Des artistes étrangers correspondent avec lui. Certains lui ont même rendu visite, réalisant des œuvres en sa compagnie.

 

Interrogé sur ses ambitions, Abderrahmane Bouihlougat dit vouloir persévérer dans son art et faire davantage de recherches pour le peaufiner. «Mais surtout le faire connaître auprès du grand public marocain.»

 

Cependant, il regrette «le manque de soutien». D’autant plus regrettable que le jeune artiste avait été invité à participer à un festival d’envergure en France, mais il n’a pas obtenu de visa pour se rendre dans l’Hexagone. «J’ai été très peiné, mais jamais découragé», affirme-t-il.