Vidéo. "Le Danseur": un film marocain qui vise la plateforme Netflix (ni plus ni moins) | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Cover: “الخمليشي، قنانة، باعزية في فيلم ”الشطاح
© Copyright : DR

Vidéo. "Le Danseur": un film marocain qui vise la plateforme Netflix (ni plus ni moins)

Par Hajar Toufik le 05/01/2021 à 17h31

Le tournage du film "Le Danseur", que réalise Lotfi Ait Joui, a commencé il y a quelques jours à Tahannaout, tout près de Marrakech. Ce projet cinématographique a pour objectif d’être diffusé sur Netflix. Coulisses, et déclarations.

aA

Coronavirus ou non, les tournages et les projets cinématographiques ont repris à Marrakech, après une longue période d’arrêt suite à la crise sanitaire. 

 

Dans la région, et plus précisément à Tahannaout, le tournage du film "Le Danseur" a commencé voici à peine quelques jours.

 

Produit par la société Bo Film services, ce film, dramatique-comique, réunit un certains nombres de nouveaux visages. Parmi-eux, un célèbre make-up artist, Jawad Kanana, la chanteuse Oumaima Baazia, ainsi que d’autres personnalités très connues sur les réseaux sociaux.

Tournage au Maroc de "The Alchimist" pour 200 millions de dirhams

 

Parmi les actrices, on note le grand retour d’Asmaa Khamlichi, mais aussi de Fadila Benmoussa, de Ben Aissa El Jrira ainsi que plusieurs célèbres comédiens et comédiennes à l'affiche de films du cinéma marocain.

 

"Nous travaillons sur ce film depuis 2013. Nous avons pris notre temps pour bien le préparer, tant sur le scénario, que de la réalisation. C’est un mélange entre les comédiens de l’ancienne et la nouvelle génération", explique Lotfi Ait Joui, réalisateur de ce futur opus. 

 

"Nous avons déployé des moyens techniques qui sont utilisés dans les films étrangers, pour avoir un produit de grande qualité. Le but est de le présenter à Netflix, afin qu’il soit le premier film marocain à être diffusé dans cette plate-forme", indique pour sa part, Ali El Otmani, producteur.  

 

Cinéma: voici le guide complet des mesures sanitaires sur les lieux de tournages

 

En effet, ce film dénonce un tabou social: la danse. "L’idée du film m’a attiré, car moi-même j’étais danseuse, avant d’être comédienne. Avec ce film, nous souhaitons défendre une cause très importante et dire que chacun a le droit de faire ce qu’il veut", explique Asmaa Khamlichi.

 

Toutefois, "Le Danseur" n'a pas bénéficié pas du soutien financier du Centre cinématographique marocain (CCM). Il est actuellement réalisé en auto-financement, grâce à l'apport d'une société de production, qui gère ce projet. Son coût estimé? 4,3 millions de dirhams.