Vidéo. SIEL 2020: tout sur la participation du CNDH, avec Amina Bouayach, sa présidente | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Cover Vidéo - المجلس الوطني لحقوق الإنسان يحتفي بالمعرض الدولي للكتاب بالذكرى 30 لتأسبسه
© Copyright : Khalil Essalak

Vidéo. SIEL 2020: tout sur la participation du CNDH, avec Amina Bouayach, sa présidente

Par Qods Chabaa et Khalil Essalak le 09/02/2020 à 10h57

Le stand du Conseil national des droits de l'homme (CNDH) au Salon du livre de Casablanca accueille plus de 58 activités et plus de 120 intervenants. Le point avec Amina Bouayach, présidente du CNDH.

aA

Le conseil national des droits de l’homme (CNDH) fête ses 30 ans d’existence lors de cette la 26e édition du Salon International de l’édition et du Livre de Casablanca, qui se poursuit jusqu’au 16 février.

 

Le CNDH participe donc en force à cette grand-messe du livre, qui coïncide cette année avec l’anniversaire de sa création en 1990. «Après avoir passé en revue la carrière du CNDH durant toutes ses années nous avons choisi le thème «1990-2020: un processus continu pour l’effectivité des droits», confie Amina Bouayach, présidente du CNDH, interrogée par Le360.

 

Dans le stand du CNDH, qui s’étend sur 400 mètres carrés, le public a rendez-vous avec des conférences-débats, des hommages à des personnalités, et auront l'occasion de discuter avec plusieurs auteurs autour de leurs ouvrages récents.

 

La protection des enfants, ainsi que celle des personnes à besoins spécifiques sont également des thèmes qui seront abordés par le CNDH au 26e SIEL. «Nous avons veillé à garantir une accessibilité pour les personnes en situation de handicap et le stand répond aux normes», précise Amina Bouayach.

 

Autre temps fort du programme du CNDH: un espace dédié à plusieurs acteurs de la société civile, militants d'organisations non gouvernementales. L'idée est de les doter d'un lieu dédié, pour partager avec le public leurs préoccupations et leurs réflexions relatives aux différentes thématiques ayant trait aux droits humains.

 

«Pour la première fois nous avons invité des ONG, pourqu'elles puissent partager leurs points de vue autour des droits de l'homme», explique la présidente du CNDH.