Allègement de 11,2% du déficit commercial à fin mars 2021 | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
déficit commercial
© Copyright : DR

Allègement de 11,2% du déficit commercial à fin mars 2021

Par Fayçal Ismaili le 04/05/2021 à 20h53

Kiosque360. A fin mars 2021, le déficit commercial s’allège de 11,2% comparé à la même période un an plus tôt, d’après les données de l’Office des changes au premier trimestre de l’année. Le secteur de l’automobile a notamment enregistré une hausse de ses exportations. Explications.

aA

A fin mars, la dynamique des exportations se veut supérieure à celle des importations, rapporte Aujourd’hui le Maroc qui, dans son édition de ce 5 mai, précise que le déficit commercial s’est résorbé de 5,63 milliards de dirhams, soit un allégement de 11,2% par rapport à la même période de l’an passé, d’après les indicateurs de l’Office des changes au premier trimestre.

 

D’après les données dévoilées, les ventes à l’export du secteur automobile ont progressé à fin mars (38,9%/premier trimestre 2020), s’élevant à 22,60 milliards de dirhams. Pour l’Office des changes, cette amélioration traduit la hausse de 51,9% du segment de la construction et de 23,4% du segment du câblage. Autres secteurs en croissance: celui des phosphates et dérivés (+21,7%) avec 13,4 milliards de dirhams à fin mars 2021 et celui de l’électronique et électricité (+21,5%). A l’inverse, le secteur de l’aéronautique peine (-17,3%), tout comme celui du textille (-5,5 %).

 

S’agissant des importations, une hausse de 3,19 milliards de dirhams des achats des produits finis de consommation et de 1,81 milliard de dirhams des produits alimentaires a été observée au premier trimestre, indique le journal. De leurs côtés, les approvisionnements en produits énergétiques ont connu une baisse de 2,59 milliards de dirhams, et les biens d’équipement une baisse de 383 millions de dirhams. 

 

L’Office des changes relève aussi une chute de 48,9% de l’excédent de la balance des échanges de services au premier trimestre. Il indique également une hausse de 41,8% des transferts de fonds des MRE -atteignant les 20,89 milliards de dirhams- quand, au même moment, les investissements directs étrangers (IDE) ont enregistré une baisse (flux net revenant à 3,32 milliards de dirhams contre 4,87 milliards de dirhams un an plus tôt).