Arabie saoudite: ce que pense le FMI des réformes engagées par MBS | www.le360.ma

ع
MBS
© Copyright : DR

Arabie saoudite: ce que pense le FMI des réformes engagées par MBS

Par Le360 (AFP) le 10/09/2019 à 08h37 (mise à jour le 10/09/2019 à 12h27)

Les réformes économiques en Arabie saoudite, comme la TVA ou la hausse des prix de l'énergie, ont commencé à porter leurs fruits, mais il reste encore beaucoup à faire pour combler un déficit budgétaire chronique, a déclaré lundi le Fonds monétaire international (FMI).

aA

L'effondrement des cours du brut a pesé sur les recettes du royaume et entraîné des déficits budgétaires pendant cinq années consécutives. Le premier exportateur mondial de brut, qui tire 70% de ses recettes de l'or noir, a imposé une série de mesures pour diversifier son économie.

 

"Les réformes ont commencé à porter leurs fruits et (...) les perspectives de l'économie sont positives", a déclaré le FMI dans un rapport.

 

L'institution basée à Washington a néanmoins estimé que les autorités saoudiennes devaient adapter davantage les prix des services publics et imposer des prélèvements aux nombreux expatriés.

 

Le royaume doit également envisager de doubler la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) de 5% à 10%.

 

L'Arabie saoudite a "salué" le rapport du FMI, selon l'agence officielle Saudi Press Agency (SPA), qui a mis en avant les points positifs contenus dans le document.

 

Pour le FMI, l'engagement en faveur du programme de réformes sera la clé du succès pour "promouvoir la croissance de l'activité non pétrolière, créer des emplois et atteindre les objectifs du programme Vision 2030 des autorités ".

En Arabie saoudite, c'est la crise...du logement

 

La campagne "Vision 2030", projet du puissant prince héritier Mohammed ben Salmane, vise à diversifier l'économie saoudienne, trop dépendante du pétrole.

 

Le taux de chômage en Arabie saoudite s'élève à 12,5% et un million de nouveaux emplois sont nécessaires au cours des cinq prochaines années, selon le FMI.

 

Le PIB saoudien a augmenté de 2,4% l'an dernier mais la croissance pourrait tomber à 1,9% en 2019 en raison des réductions substantielles de la production pétrolière décidées par l'Opep et destinées à soutenir la baisse des prix, a estimé le FMI.

 

Le déficit budgétaire devrait lui se creuser pour atteindre 6,5% du PIB cette année, contre 5,9% en 2018.

 

L'Arabie saoudite affiche un déficit budgétaire depuis 2014 et s'attend à un nouveau déficit cette année.

 

Le FMI a indiqué dans le rapport que les autorités saoudiennes ont réitéré leur engagement à équilibrer le budget en 2023.