Assainissement pluvial: les besoins en investissements s'élèvent à 15 milliards de DH | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Inondations à Casablanca: Lydec mobilise tous ses moyens
© Copyright : Saad Zouhri - Le360

Assainissement pluvial: les besoins en investissements s'élèvent à 15 milliards de DH

Par Ismail Benbaba le 12/01/2021 à 21h37 (mise à jour le 13/01/2021 à 12h52)

Kiosque360. La Lydec va mobiliser pas moins de 15 milliards de dirhams d’ici 2027 pour limiter les dégâts des intempéries dans la métropole. Les détails.

aA

Lydec va investir 15 milliards de dirhams, à l’horizon 2027, en assainissement pluvial, pour que Casablanca soit à l’abri de futures inondations, nous apprend L’Economiste dans sa livraison du jour. Le quotidien rapporte que le délégataire des services de distribution et d’assainissement, sous le feu des critiques, ces derniers jours, à cause des dégâts causés par les récentes pluies diluviennes, a tenu à donner sa version de la situation. Ainsi, Jean-Pascal Darriet, DG de Lydec, assure qu’il faudra accélérer le programme d’investissement dans les infrastructures pour supprimer les principaux points de débordement à Casablanca. Il a aussi fait remarquer que le réseau d’assainissement pluvial nécessite d’être renforcé sur certaines zones sensibles, objets de débordements. 

 

«Les études sont déjà effectuées et les besoins définis dans le cadre du schéma directeur établi dès 2013», précise le journal, ajoutant qu’il ne reste plus qu’à trouver les financements et les solutions à travers des emprunts, des aides ou toute autre forme adéquate. «Depuis 2010, plus de 27.000 hectares ont été ouverts à l’urbanisation sans que le réseau d’assainissement soit adapté à cette croissance», explique Lydec. «De plus, les eaux usées des nouveaux quartiers périphériques qui se déversent en mer doivent traverser toute la ville, y compris le centre historique. Il faudra aussi trouver des solutions pour certaines zones en cuvette», renchérit L'Economiste, ajoutant que les extensions en périphérie ne sont pas non plus suffisamment couvertes par de nouveaux réseaux d’assainissement. Force est de souligner que, depuis son démarrage en 1997, la gestion déléguée a investi près de 26 milliards de dirhams, dont environ 45% dédiés à l’assainissement liquide.