Automobile: MHE veut s’attaquer à la Chine | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Usine voitures
© Copyright : DR

Automobile: MHE veut s’attaquer à la Chine

Par Rachid Al Arbi le 16/01/2020 à 22h55

Kiosque360. Le ministre de l’Industrie veut que le secteur automobile marocain soit plus compétitif que la Chine et l'Inde. Il y a encore du travail à faire.

aA

En matière automobile, le Maroc a son poids au niveau mondial. Moulay Hafid Elalamy en est fortement convaincu qu’il annonce «vouloir que l'industrie automobile marocaine soit  plus compétitive à l'avenir que la Chine et l'Inde», comme le relève L’Economiste dans son édition du jour.

 

Le journal assure se basant sur les déclarations du ministre de l’Industrie que le Maroc sera parmi les pays les plus compétitifs dans l'automobile au monde, lui qui est déjà leader en Afrique. L’objectif aujourd’hui est d’«anticiper sur les technologies de demain comme les véhicules connectés». 

 

En attendant, le quotidien rappelle que l'industrie automobile pèse 116.000 emplois et vise un chiffre d'affaires à l'export de l'ordre de 100 milliards de DH dès 2021. Ce secteur est le premier exportateur du pays depuis 4 ans. Il a totalement «changé de configuration avec une capacité de production annuelle de 700.000 unités par an».

 

Aujourd’hui, les véhicules, en particulier la Peugeot 208 fabriqués dans l’usine de PSA à Kénitra, sortent avec un taux d'intégration locale de 60%. A terme, ce taux devrait être porté à 80%. Pour le ministre que cite L’Economiste, «l'intégration de composants made in Maroc est un élément fondamental de la compétitivité de l'industrie».


Il ne faut pour autant pas se gargariser d’être entré de plain-pied dans la compétition internationale. Les marges de progression restent immenses, «le secteur a de belles perspectives pour les 20 à 30 prochaines années». Quasiment quotidiennement une nouvelle usine est inaugurée. La dernière en date est celle du groupe sud-coréen Hands d’un investissement de 4 milliards de DH pour la production des jantes en alliage à Tanger.


L’Economiste tempère en rappelant les critiques de nombreux experts qui pensent que "le Maroc n'est pas un site majeur de l'industrie automobile. Les deux constructeurs font uniquement dans l'assemblage puisque les moteurs sont produits ailleurs».