Autorisation de construire: le boom des demandes à Casablanca-Settat | www.le360.ma

ع
chantier construction
© Copyright : DR

Autorisation de construire: le boom des demandes à Casablanca-Settat

Par Fayçal Ismaili le 08/01/2018 à 20h38

Kiosque360. Malgré un marché immobilier plutôt morose, les demandes d’autorisation de construire à Casablanca-Settat sont en forte progression de +41% en 2017 par rapport à l’année précédente, révèle Casaurba. Le point.

aA

La région Casablanca-Settat connaît un véritable boom des demandes d’autorisation de construction. En effet, elle enregistre, en 2017, une hausse de 41% par rapport à l’année précédente, selon la plateforme de traitement dématérialisé des autorisations d’urbanisme de la région, Casaurba. Dans le détail, 8.407 demandes ont été déposées, contre moins de 6.000 en 2016, comme le rapporte Aujourd’hui le Maroc qui précise, dans son édition de ce 9 janvier, que Casaurba a été, en 2017, étendue à deux nouveaux guichets uniques: El Jadida et Moulay Abdellah.

 

Néanmoins, cette hausse ne concerne pas toutes les villes de la région. La commune d’arrondissement de Casablanca enregistre une régression de 28% sur une année seulement. En revanche, les volumes de demandes d’autorisation progressent de plus en plus rapidement à la périphérie de Casablanca. La raison? Le foncier engagé dans la ville économique. Le renouvellement des plans d’aménagement au niveau du Grand Casablanca, qui touche au but, est destiné à accélérer le mouvement, note le quotidien. Ainsi, les demandes d’autorisation déposées à Al Majattia, Ouled Taleb, Oulad Saleh ou encore Sidi Hajjaj, ont au moins doublé en volume l’an dernier, même si elles restent modestes.

 

Les demandes d’autorisation se répartissent entre petits et grands projets. Et ce sont ces derniers qui sont en nette augmentation, enregistrant 2.650 dossiers en 2017, soit une hausse de près de 63% par rapport à 2016. Quant aux petits projets, ils progressent moins rapidement, de +33% pour 5.750 demandes. Se pose, aussi, la question des réponses favorables. Depuis la mise en place de la plateforme, il y a près de 3 ans, le taux atteint les 79%. Mais Aujourd’hui le Maroc rappelle que les délais légaux sont souvent dépassés par les commissions d’examen des dossiers qui n’accordent en moyenne que 23% d’avis favorables par membre…