Bourse: les investisseurs déjà rivés sur 2021 | www.le360.ma

Le360 Actualités Maroc

ع
Bourse
© Copyright : DR

Bourse: les investisseurs déjà rivés sur 2021

Par Rachid Al Arbi le 04/09/2020 à 00h23 (mise à jour le 04/09/2020 à 15h46)

Kiosque360. Les investisseurs en Bourse ont, semble-t-il, déjà tourné la page de 2020. Le scénario des résultats de cet exercice serait même connu d'avance. En attendant, le chiffre d'affaires du marché baisse de 5% à 116,7 milliards de DH à fin juin.

aA

Il semblerait que tout soit joué en Bourse! Dans son édition du jour, L’Economiste annonce que le marché se prépare au bal des résultats semestriels même si le scénario est connu d'avance. Il faut dire que les impacts de la crise du Covid-19 vont affecter les agrégats des sociétés cotées. Le journal avance même que les profits des entreprises du Masi devraient baisser de 12% hors éléments exceptionnels. En les ajoutant, la régression pourrait être plus importante.

 

A ce titre, le quotidien parle de la charge non récurrente liée à la contribution au fonds de gestion de la pandémie que supporteront les sociétés cotées. "Sa prise en compte aura aussi une incidence non négligeable sur les résultats surtout pour les entreprises dont les contributions sont assez significatives", assure-t-il estimant l'incidence de ces dons sur la masse bénéficiaire à 4,8 milliards de DH. La fausse bonne nouvelle est qu'elles pourront être étalées sur cinq ans sur le plan comptable sauf que les normes IFRS ne le permettent pas, en particulier pour les banques. "L'impact doit être absorbé d'un trait sur un an, même en normes locales", précise L'Économiste.

 

Ceci, dit-il, confirme la déductibilité totale avec un étalement sur cinq ans sur le plan fiscal, après plusieurs revirements pour permettre d'atténuer l'impact sur les rentrées fiscales. "Cela dépendra de l'impact du don sur les finances de l'entreprise. Les effets de la pandémie pourraient être ressentis par certaines entreprises au-delà de 2021, ce qui justifierait la répartition de la charge sur plusieurs années", soutient le quotidien qui affirme que le lissage sur plusieurs années n'est pas nécessaire pour les petits dons.

 

Au niveau du marché, comme le relève L'Économiste, le don au Fonds Covid-19, qui est considéré comme un élément exceptionnel, n'affecte pas la valorisation des entreprises. Aujourd'hui, "les investisseurs se tournent déjà vers 2021". En attendant, le chiffre d'affaires a en conséquence baissé de 10,5% à 55,7 milliards de DH.