Climat des affaires: la perception des patrons | www.le360.ma

ع
Climat des affaires
© Copyright : DR

Climat des affaires: la perception des patrons

Par Fayçal Ismaili le 19/11/2019 à 20h47

Kiosque360. Financement et emploi, potentiel à l’export, services bancaires, rapport à l’administration... Autant d’éléments saillants dans la dernière enquête du HCP.

aA

Quelle perception les patrons d’entreprises ont-ils du climat des affaires au Maroc? C’est la principale question à laquelle a tenté de répondre la dernière enquête du HCP. Financement et emploi, potentiel à l’export, services bancaires, rapport à l’administration... Autant d’éléments saillants qui ont été dévoilés par cette enquête périodique, dont les grandes lignes sont rapportées dans un article paru dans les colonnes du quotidien Aujourd’hui le Maroc, dans son édition du 20 novembre.

 

Les grandes entreprises (GE) ont mis la main à la poche durant les trois dernières années. Pour résumer, 39% des entreprises, toutes catégories confondues, ont fait des investissements durant les 3 dernières années. La participation des GE aux investissements s’élève à 80%. Elles sont suivies des PME à hauteur de 49,5% et des TPE à 29,4%. Néanmoins, il s’avère que le manque de financement atteint 74% des entreprises quelle que soit leur taille, ce qui représente un obstacle à l’acte d’investir.

 

Du côté de l’emploi, la moitié des patrons interrogés a affirmé avoir recruté sur cette même période. Par catégorie, elles sont 90% de grandes entreprises à avoir eu recours au recrutement, suivies des PME (70%) et des TPE (38%). En termes de profils des nouvelles recrues, il ressort que les grandes entreprises emploient, pour l’essentiel, des profils d’un niveau élevé (à savoir des ingénieurs et des cadres supérieurs), alors que les TPE recrutent en particulier des techniciens spécialisés et des ouvriers qualifiés. L’enquête du HCP dévoile, par ailleurs, que la majorité des recrutements sont des remplacements ou se font suite à l’expansion de l’activité.

 

Il semblerait que les TPME se distinguent à l’export et disposent d’un potentiel en progression sur ce créneau. Dans le détail, l’enquête révèle que la part des entreprises exportatrices est de près de 7%, dont un peu plus de la moitié sont des exportatrices régulières, ajoutant que cette part est de 2,6% au sein des TPE et de 10% au niveau des PME. Par secteur, 80% des entreprises exportatrices se créent dans le secteur tertiaire, qui est dominé par les TPME. A cela s’ajoute le fait que 40% des TPME qui exportent ont moins de 10 ans. Parallèlement, la part des entreprises exportatrices est relativement importante au sein des grandes entreprises (31%), mais 55% ont plus de 20 ans.