Le360 Actualités Maroc

ع
CNSS

Le siège de la CNSS.

© Copyright : DR

CNSS: la masse salariale repart à la hausse

Par Rachid Al Arbi le 08/11/2021 à 23h22

Kiosque 360. La crise est déjà derrière pour la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). Les prévisions tablent sur une masse salariale de 167,79 milliards de dirhams, suite à l'importante hausse du nombre de salariés affiliés qui atteindrait les 2,6 millions à la fin de l’année.

aA

Dans son édition du 9 novembre, Les Inspirations ÉCO annonce en exclusivité les tous derniers indicateurs de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). Le journal assure qu'après «une perte d’emplois de grande ampleur, de près de 900.000 au plus fort de la crise, le nombre de salariés déclarés, qui a chuté de plus de 2,4 millions en janvier 2019 à 1,6 million en avril 2020, devrait se consolider à un volume de l'ordre de 2,5 millions fin 2021, soit une meilleure situation qu’avant la pandémie et ce qui va venir est encore plus prometteur».

 

En termes d’évolution de la masse salariale, la CNSS table sur une hausse honorable estimée à 167,79 milliards de dirhams fin 2021 contre 156,62 millirds fin 2019, après une année 2020 timorée (150,10 millirds de dirhams) représentant une progression  de 11,8% fin 2021.

 

«Cette évolution a été plus prononcée entre mars et juin 2021 où les déclarations ont dépassé les 2,6 millions de salariés déclarés avant de connaître une légère baisse structurelle en août (2,5 millions), laquelle baisse devrait se corriger d'ici la fin de l’année», rapporte le journal.

 

En gros, «alors que le taux de chômage est en baisse, le nombre de salariés déclarés devrait dépasser 2,6 millions d'affiliés à la fin de l’année» et à la faveur lancement de la campagne de vaccination. Le quotidien note donc que de plus en plus d’entreprises recrutent, après des vagues de licenciements importantes. «Elles sont en train de reprendre leurs collaborateurs. Une tendance qui va se poursuivre d’autant plus que les principaux postes de l’économie, à savoir l’automobile, l’agroalimentaire, les IDE, les transferts des MRE et les échanges extérieurs retrouvent progressivement des couleurs, à l’exception, cependant, du tourisme qui peine à redécoller malgré la «volonté politique» affichée par le gouvernement et les efforts des professionnels en termes d’offres promotionnelles et de marketing», note le quotidien. Ce drnier nn'a pas manqué  de conseiller de lever les restrictions qui empêchent les déplacements et l’organisation d’évènements pour relancer ce secteur fortement pourvoyeur d’emplois.