Le360 Actualités Maroc

ع
Dakhla - Mémorandum d entente pour la création d une station de dessalement d eau et d un parc éolien - Dakhla-Oued Eddahab - Sahara marocain - Provinces du Sud - Infrastructures

A l'issue de la cérémonie de signature du mémorandum d'entente pour la création, à Dakhla, d'une station de dessalement d'eau et d'un parc éolien, le 22 juin 2022, à Rabat.

© Copyright : Département du Chef du gouvernement / Royaume du Maroc

Dakhla: feu vert pour la construction d'une station de dessalement d'eau de mer et d'un parc éolien

Par Le360 (avec MAP) le 23/06/2022 à 10h00 (mise à jour le 23/06/2022 à 10h00)

Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a présidé hier, mercredi 22 juin 2022 à Rabat, la cérémonie de signature d'un mémorandum d'entente et de conventions de partenariat entre les secteurs public et privé pour la création, à Dakhla, d'une station de dessalement d'eau de mer et d'un parc éolien.

aA

Le mémorandum d'entente, signé par le ministre de l'Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, le directeur général de l'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE) et le directeur général de DAWEC, concerne l'approvisionnement en eau d'irrigation sur une superficie de 5.000 hectares, ainsi qu'en eau potable pour la ville de Dakhla et ses environs (Bir Anzarane et le nouveau Port atlantique de Dakhla) par la création d'une nouvelle station de dessalement d'eau de mer, indique un communiqué du département du Chef du gouvernement.

 

Une convention d'accès au réseau électrique national a également été signée entre les parties pour les besoins de transport pour cette future station de dessalement, de même qu'une convention de raccordement au réseau électrique public pour le parc éolien a été signée, dans le cadre de la stratégie d'opérationnalisation du projet de la station de dessalement de Dakhla, ajoute le communiqué.

 

Cette cérémonie de signature intervient en perspective du lancement prévu des travaux de création d'un projet de dessalement d'eau dans la région, dans la droite lignée de la concrétisation du modèle de développement économique et social voulu pour les Provinces du Sud, initié en 2015 par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, ainsi que pour le renforcement de la participation du secteur privé dans le développement des infrastructures du Royaume. 

 

Dans le même contexte, le ministère de l'Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts a décidé, conformément aux dispositions de la loi 12-86 relative aux contrats de partenariat public-privé, de mettre en oeuvre deux conventions. La première porte sur un partenariat public-privé relatif au co-financement, à la fabrication et la maintenance de l'unité de dessalement de l'eau couvrant un périmètre d'irrigation de 5.000 hectares dans la région de Dakhla. Un parc éolien, qui sera développé dans le cadre de la loi 13-09 sur les énergies renouvelables, est également prévu, et vise à répondre aux besoins en énergie électrique de l'unité de dessalement.

Vidéo. Les détails du projet titanesque de dessalement d'eau de mer à Agadir

 

Quant au deuxième accord, ajoute le communiqué du département du Chef du gouvernement, celui-ci porte sur un contrat de partenariat public-privé pour le cofinancement, la conception, la construction, l'exploitation et la maintenance d'un réseau d'irrigation, couvrant une nouvelle zone de 5.000 hectares dans la région de Dakhla.

 

Cet ambitieux projet, qui devait initialement irriguer 5.000 hectares de primeurs, a été repensé, en tenant compte des besoins exprimés par l'ONEE afin d'accompagner le développement de la région en fournissant de l'eau potable à la ville de Dakhla et ses environs, à savoir Bir Anzarane et le nouveau port atlantique de Dakhla.

 

Ainsi, la capacité de production d'eau dessalée sera portée à 37 millions de m3 par an. Le coût d'achèvement de l'infrastructure est estimé à environ 2 milliards de dirhams.

 

Toutes les conditions nécessaires à l'entrée en vigueur des accords de partenariat entre les secteurs public et privé ont été remplies, souligne le communiqué, qui précise aussi que les travaux de construction devraient commencer dans un proche avenir, étant donné que la période totale prévue pour l'établissement de la station de dessalement et du parc éolien est estimée à 30 mois, alors que la durée du système d'irrigation peut aller jusqu'à 24 mois, et le fonctionnement pendant 20 ans.